Les émotions sont spirituelles : Le rêve de Martine

Affiche de bonne année 2018

Et bien, avez-vous trouvé le sens du rêve de Martine qui vient nous éclairer sur le sens des émotions ?
Voilà comme promis à l’article précédent, son interprétation.
Je vous rappelle la situation :

Martine est une jeune femme qui travaille bénévolement dans une association caritative. La veille du rêve, il y a eu une altercation entre deux membres de l’association. Et Martine est intervenue, donnant raison à l’un puis à l’autre. Continuer la lecture de « Les émotions sont spirituelles : Le rêve de Martine »

Le rêve de Claude : rêve prémonitoire ?

voyante

Les rêves mettent les émotions en avant, et là, j’ai bien envie de pousser un coup de gueule.

En effet, il arrive régulièrement que des personnes m’envoie leur rêve, mais juste comme ça, pour voir, pour me demander ce que j’en pense, mine de rien, comme s’il s’agissait d’une conversation de salon ou comme nous étions des collègues débattant d’un cas !

Continuer la lecture de « Le rêve de Claude : rêve prémonitoire ? »

Nombres du Yi-King (4) – 17 à 64

Yi-King noms

Voilà la suite de la signification des nombres des rêves selon le Yi-King.

17 : la Suite

Le moment est venu d’inciter les autres à vous suivre. Pour cela le Yi-King conseille de ne pas les forcer à vous suivre en usant de ruse et de violence. Mais ne pas non plus se contenter d’un simple élan joyeux, qui peut lui aussi mener à la catastrophe.
Non, pour une adhésion favorable il y a besoin de constance, de persévérance dans ce qui est proposé. Il s’agit de s’incliner devant les exigences du moment en se sentant libre d’adhérer.
Et c’est sagesse, que vous demandiez aux autres de vous suivre ou que vous-même veuillez vous engager quelque part.

Continuer la lecture de « Nombres du Yi-King (4) – 17 à 64 »

Incoming search terms:

  • yi king 4 amour

Le Yi-King (3) – 1 à 16

Yi-King nombres

Il est temps de vous donner le sens général des hexagrammes du Yi-King, afin de vous aider à comprendre ce que signifient les chiffres de vos rêves.

Il s’agit tout d’abord de faire la différence entre les nombres et les chiffres.

Les nombres sont en relation avec une quantité, dont on n’est pas toujours très sûr. C’est par exemple lorsque vous voyez trois arbres ou deux personnes : le nombre est en relation avec la quantité, il est parfois imprécis, et là, l’interprétation n’est pas en relation avec le Yi-King.

Les chiffres, c’est par exemple lorsque vous rêvez qu’une pendule indique 10 heures ou que vous achetez 24 kg de pommes à 2 euros 40, lorsque vous avez rendez-vous au 56 de telle rue, lorsque vous voyez ou entendez clairement un ou plusieurs chiffres. Il peut aussi s’agir d’un groupe de 18 personnes, si le chiffre est précisé, l’interprétation du Yi-King marche.

Le Yi-King est un livre de sagesse qui relate toutes les expériences humaines, c’est à dire écrit pour aider les humains dans leur vie, pour les aider à se construire, comme on construit un projet.

C’est pourquoi on pourrait résumer en disant que le Yi-King parle de 64 étapes en relation avec la construction du projet de votre évolution et vous renseigne sur une de ces étapes, comme le fait le rêve. Le déroulé des étapes suit le déroulé des étapes de construction de projet.

Voici donc le sens général des premiers hexagrammes du Yi-King. 

Tableau récapitulatif des hexagrammes
symbolinks.com

1 : le Créateur : j’en ai parlé dans l’article précédent : l’hexagramme est formé de six traits pleins,  donc forts. Il représente le masculin, celui qui agit, qui donne l’idée, lance l’impulsion de départ : il signifie tout ce qui est en germe et donnera des fruits plus tard, il est le principe émetteur, créateur, directeur. Il s’agit d’être acteur, de se mettre en route, d’y aller en se montrant créatif.

2 : le Réceptif : représenté par six traits brisés, avec un espace au milieu, c’est le pôle féminin. Après avoir émis une idée, on imagine comment la réaliser dans le concret, dans la matière : comment va-t-on s’y prendre ? Car la matière est en relation avec le maternage, ce qui s’occupe concrètement de l’enfant : la « mater » et la mère. On imagine les solutions. On se laisse aussi aller au rêve, aux impressions, intuitions, parfois on doute, on n’est pas sûr, on se sent vulnérable. L’idée est en gestation. On est à l’écoute en se montrant réceptif à ce qui se passe, en s’intériorisant.

3 : la Difficulté initial: quand on initie un projet, on se heurte à des difficultés : ce sont les difficultés inhérentes à la matière, qui  ne se laisse pas manoeuvrer selon nos désirs mais selon ses lois propres. La mise en place du projet demande des tâtonnements et des ajustements. On n’a pas tout le matériel, il manque des choses, il faut faire des listes, on trie, on choisit, on sépare ce qui va de ce qui ne va pas…. 

4 : la Folie juvénile : il y a un tel enthousiasme à démarrer un projet que l’on peut s’emballer au risque de faire n’importe quoi : on est jeune et sans expérience : c’est pourquoi, il est question ici de rechercher un enseignement, une méthode, se montrer élève, et suivre des directives. Il s’agit de ne pas se précipiter, mais de se préparer.

5 : l’Attente : tout ne se fait pas en un jour, il s’agit de patienter, il ne sert à rien de s’activer en croyant faire avancer les choses plus vite : il faut laisser à la graine semée le temps de pousser, sans rien faire, sans la bousculer, en se contentant de l’arroser, sans la noyer : il ne sert à rien de jouer la mouche du coche. Les choses viennent en leur temps, au bon moment pour qui sait attendre le moment favorable pour agir. 

6 : le Confli: c’est lorsqu’on se heurte à de l’opposition, lorsqu’on n’est pas d’accord. Alors on fait entendre son point de vue, on le défend par la parole. Cependant il ne s’agit pas de vouloir avoir raison à tout prix, mais seulement d’exprimer son désaccord, ce qui obligera les protagonistes de la situation à trouver d’autres arrangements, si c’est possible.  

7 : l’Armée : pour réussir un projet, il y a besoin de se sentir investi, de s’engager en ayant un idéal, afin de se sentir armé contre l’adversité qui peut chercher à nous faire abandonner.   

8 : la Solidarité : il s’agit de mobiliser ses forces, pour être solide. Toutes nos qualités sont requises pour agir dans le même sens. On peut aussi se joindre à d’autres qui peuvent aider au projet, se tenir les coudes pour ensemble réussir. Il s’agit de coopérer. 

9 : le Pouvoir d’apprivoisement du petit : on n’a pas encore beaucoup de pouvoir, pas beaucoup de moyens, il s’agit d’agir par petites touches : apprivoiser, suggérer, ne rien forcer. Faire les choses peu à peu, en se contentant de ce qui est possible, sans viser trop loin. Attendre en continuant à travailler.

10 : la March: la bonne marche des choses à suivre : connaître les règles du jeu pour en pas faire n’importe quoi, pour ne pas se ramasser, ce qui pourrait être fatal. 

11 : la Paix : hexagramme remarquable : trois traits brisés posés sur trois traits pleins : le faible (les trois traits brisés) se repose sur le fort (les trois traits pleins), c’est à dire que le fort supporte le faible. Cette situation est dans l’ordre des choses : tout prospère et se passe au mieux, dans la paix et l’harmonie. Le sens est aussi que le masculin a pénétré le féminin, l’a traversé pour se retrouver dessous : l’action a traversé les ressentis et intuitions, elle s’en est inspirée, on a agit en suivant ses ressentis et intuitions, si bien que tout est à sa place, l’action est correcte et on se sent en paix. 

12 : la Stagnation : c’est le contraire de la paix : là, ce sont les trois traits forts qui reposent sur les trois traits faibles, qui pèsent dessus. Cette situation est trop lourde pour le faible qui ne peut le supporter, si bien qu’il y a écrasement, stagnation, enlisement de l’action : on ne peut plus rien faire. Cela montre qu’on a agit en dépit du bon sens. Les actions ne sont pas coordonnées. Les choses ne sont pas faites dans le bon ordre. 

13 : la Communauté avec les hommes : la vraie communauté avec les hommes doit s’établir sur la base d’un intérêt cosmique concernant l’humanité et non sur les objectifs égoïstes du moi. Quand dans le rêve apparaît ce chiffre, il s’agit de déterminer ce dont le rêve veut parler. S’agit-il des autres à l’extérieur ou de ses propres tendances qui agissent à l’unisson ou qui au contraire, tirent chacune la couverture à soi, si bien que l’on se sent écartelé et que l’on n’arrive à rien.

14 : le Grand avoir : c’est la richesse intérieure qui vient de l’humilité dépouillée d’égoïsme.

15 : l’Humilité : il s’agit de faire preuve d’humilité, car c’est une loi de la nature : ce qui est appelé à s’abaisser, comme le soleil qui se couche en fin de journée, ne peut que se relever et se montrer dans sa splendeur.  La loi de la terre est de changer ce qui est plein et d’affluer vers ce qui est ce qui est humble. Il s’agit d’oeuvrer sans se glorifier de ce qu’on accomplit, mais en ayant conscience de sa valeur, ni plus, ni moins.

16 : l’Enthousiasme : les lois naturelles ne sont pas extérieures aux choses, mais suivent leur mouvement selon une ligne de moindre résistance. C’est cette harmonie qui génère l’enthousiasme, entraîne l’adhésion et provoque le succès dans tous  les domaines de la vie. Susciter l’enthousiasme en rendant les choses agréables.

 

Le Yi-King (2)

Yi-King hexagramme

Dans l’article précédent je vous ai présenté le Yi-King comme aide à l’interprétation des chiffres des rêves.

Le Yi-King est aussi appelé « Livre des transformations », car c’est un livre qui permet de transformer sa vie en accord avec le monde intérieur et ce qui est demandé au moment présent. Les transformations parlent aussi d’une transformation dans l’écriture même des hexagrammes du Yi-King.

Je vous ai parlé de chiffres, mais ces chiffres représentent la classification des chapitres dont parle le Yi-King : il y a 64 chapitres ou hexagrammes, ou encore situation de vie générale. Chaque hexagramme est formé par 6 lignes. Chaque ligne pouvant s’écrire de 4 façons différentes.

Dans la tradition chinoise, le Yi-King est utilisé comme oracle. On pose une question et pour obtenir une réponse, on utilise des baguettes. Le procédé des baguettes semblant long et fastidieux, on l’a remplacé, surtout en Occident, par des pièces de monnaie. Il suffit de trois pièces que l’on lance ensemble, après avoir déterminé quelle valeur accorder à pile ou face.

Yi-King mode d’emploi

En général on utilise 3 pièces de 2 euros ou 20 cts, afin de donner la valeur 2 à pile et 3 à face, de façon à obtenir en lançant les trois pièces, un 6, un 7, un 8 ou un 9.

Ces 4 chiffres différents que l’on obtient en lançant les dés représentent les 4 façons différentes dont s’écrivent les lignes :
– le 6 et le 8, pairs, s’écrivent en ligne brisée : __  __, on ajoute au 6 une croix : __x__
– le 7 et le 9, impairs, s’écrivent en ligne droite : ____ , on ajoute au 9 un cercle : __0__

Le 6 et le 8, pairs, représentent le féminin, et s’écrivent donc en ligne brisée, qui laisse un espace entre deux traits, marquant ainsi la brisure de la vulnérabilité, la réceptivité du féminin, là où le 7 et le 9, masculin, s’écrivent d’un seul trait.
Le 6 et le 9, sont le résultat d’une répétition : 6 = 3 traits de 2 et 9 = 3 traits de 3, si bien qu’il portent un signe particulier : une croix pour le 6 et un cercle pour le 9. Le cercle représente-t-il celui de la totalité ou de la nouvelle naissance ?

On lance donc 6 fois les pièces, de façon à obtenir 6 traits de valeurs différentes.
On trace les traits en plaçant le premier trait en bas, et en montant jusqu’à obtenir 6 traits.
Ces 6 traits composent deux trigrammes. Chacun de ces trigrammes portant un nom chinois :

On voit dans le dessin ci-dessus que le trigramme ou trois traits plein du haut à gauche s’appelle K’ien et représente la pure énergie masculine, là où K’ouen, en bas à droite représente par ses traits coupés la pure énergie féminine et réceptive.

C’est la position des traits qui détermine le sens de l’hexagramme. Les traits pleins représentent la force, la solidité, l’action directe là où les traits coupés représentent la réceptivité, la vulnérabilité, la perméabilité. Leur combinaison simple et multiple donne le sens de toutes les situations humaines.
En effet, lorsque le trait est égal à 6 ou 9, il colore l’hexagramme d’une note particulière, si bien qu’il n’y a pas 64 hexagrammes, mais bien plutôt 64 x 7 = 448 combinaisons plus tous les cas où l’hexagramme est composé de plusieurs 6 ou de plusieurs 9.

 

On voit dans le tableau ci-dessus qu’un hexagramme est composé de deux trigrammes, un inférieur qui correspond au premier jet de dés, et un supérieur composé des derniers jetés de dés.

Et l’on observe que le n°1 est formé de six traits pleins et appelé le Créateur et il représente une pure énergie d’action, il est temps d’entreprendre.

Par contre, le n°2 est formé de six traits brisés et appelé le Réceptif et il représente une pure énergie réceptive féminine : il est temps de ressentir.

Donc chaque fois que vous tirez un Yi-King, vous favorisez l’éclaircissement d’une situation au niveau de son énergie. Vous pouvez demander s’il est temps pour vous d’entreprendre une action à tel sujet ou au contraire attendre. Et les réponses du Yi-King sont en accord avec la situation que vous êtes en train de vivre : le Yi-King n’est pas un livre de divination pour l’avenir, mais un moyen pour comprendre l’enjeu d’une situation au présent. Ce qui est souvent très utile et précieux et évite nombre de bêtises.

Une fois le fonctionnement du Yi-King expliqué, disons de façon schématique et simplifié, je vous présenterai le sens des hexagrammes dans un prochain article.

Si le sujet vous intéresse je ne peux que vous conseiller de vous procurer l’ouvrage.

Incoming search terms:

  • hexagramme

Le Yi-King et les nombres du rêve (1)

yi-king

Les chiffres et les nombres dans les rêves

Souvent le rêve vous indique un horaire, une date, un nombre précis. Il y a plusieurs manière d’interpréter les nombres dans les rêves : mais on a constaté que la plupart du temps, ces nombres ou chiffres trouvent leur explication avec le Yi-King.

C’est la fréquentation des rêves qui a fait découvrir cela.

Qu’est-ce que ce Yi-King auquel même les rêves se réfèrent ?

Le Yi-King est un livre de sagesse chinoise extrêmement ancien, qui fut d’abord découvert et traduit en allemand par Richard Wilhem, ami de Jung, auquel il le fit découvrir. Puis il fut traduit en français  par Etienne Perrot, lui-même disciple de Jung. Richard Wilhem avait fait de longs séjours en Chine, s’était imprégné profondément de la culture chinoise avant de se lancer dans cette traduction afin de restituer au mieux l’esprit de cette sagesse.

Ce livre, le Yi-King répertorie, à l’aide de chiffres, toutes les situations de la vie courante, toutes les situations que l’on peut rencontrer dans une vie humaine, c’est pourquoi nombre de personnes lui posent des questions pour avoir des réponses car le Yi-King est aussi un oracle pour le moment présent. Il ne prédit pas l’avenir, mais parle de ce que vous vivez en ce moment. Il est une façon de mettre à plat et comprendre la situation que vous êtes en train de vivre, et il est utile à consulter lorsque vous n’avez pas une vision claire de ce qui se passe pour vous à un moment donné dans une situation donnée.

Par exemple, si vous ne savez pas quel comportement adopter avec un collègue ou un enfant ou si vous hésitez à accepter une promotion qui vous donnerait certes un meilleur salaire, mais finie la liberté à cause des responsabilités engendrées, et bien vous pouvez poser la question au Yi-King qui se fera un plaisir de vous répondre et d’une façon que parfois vous n’attendez pas.

De même les rêves l’utilisent pour nous donner des indications sur notre vie.

Par exemple, Lucie, avait rêvé qu’elle ne savait plus si elle avait rendez-vous à 15 ou 21 h.
Ni le 15 ni le 21 n’étaient des nombres qui lui parlait.
Aussi, nous avons regardé le Yi-King pour lequel le 15 parle d’humilité et le 21 de « mordre au travers », c’est à dire ne pas se laisser faire et dire ce qu’on pense :  en effet, dans la réalité, Lucie ne savait pas si elle devait faire profil bas ou si elle devait défendre son point de vue.
La fin du rêve lui montrait qu’elle avait finalement rendez-vous à 21h, si bien qu’elle a préparé son argumentation pour ne plus se laisser marcher sur les pieds.

Mais le Yi-King n’est pas toujours aussi limpide. Il y a besoin de beaucoup réfléchir et méditer pour être sûr d’avoir compris. Car il s’agit d’une connaissance ancienne issue d’une culture chinoise dont beaucoup de références sont étrangères à la culture occidentale, si bien que la traduction a donné bien du fil à retordre à ses traducteurs, mais il n’empêche qu’il est riche d’enseignement et qu’il est bon de le consulter de temps en temps. Mais comme tout moyen apte à vous enseigner quelque chose de judicieux, pas trop souvent.
D’ailleurs, à ce propos, lorsqu’on le consulte trop souvent, le Yi-King lui-même se met soit à vous raconter n’importe quoi, soit à vous le faire sentir.

Certains disent que le Yi-King est difficile à comprendre, que pour eux, c’est du chinois, et bien oui, il a été pensé et écrit par un chinois, il se réfère à des notions d’existence subtiles, et des références qui n’ont rien d’occidentales, et si l’on n’a pas l’habitude d’entrer en résonance avec ce qui se passe en nous, il est possible de passer à côté de la réponse.

Mais si la question est bien posée, si l’on y réfléchit honnêtement en acceptant les remises en cause qui parfois surviennent, alors la réponse devient limpide.

Voici déjà une présentation du Yi-King, dont je vous parlerai plus en détails dans un prochain article.