Conscient – inconscient

Publié le 24 mars 2016 dans Articles, Généralités sur le rêve | 0 commentaire

Nous avons vu dans l’article précédent l’inimitié du conscient pour   l’inconscient, qui sont entre eux comme des aimants qui se repoussent. Et combien cela rendait difficile l’interprétation.

esquimon.fr

esquimon.fr

Voyons maintenant le pourquoi de cette  inimitié.

Déjà le conscient et l’inconscient n’appartiennent pas au même monde.

Conscient et inconscient

Dans le conscient, les formes sont définies, tangibles, concrètes, fixes, il y a une structure organisée de façon rationnelle : on fait les choses dans un certain ordre pour un certain résultat.

Imaginez la ligne d’horizon : quand on regarde au-dessus, on lève les yeux pour voir ce qu’il y a sur la terre, les formes du tangible, solides, stables. Même en cas de destruction, d’explosion, la matière reste stable car inerte. Un rocher ne va pas se transformer soudain en papillon !

Sous la ligne d’horizon se trouve l’intérieur de la terre, obscure, inconnue, énigmatique.

Pour regarder sous la ligne d’horizon, il faut baisser les yeux.
Et par analogie, on a accès à notre terre intérieure en baissant les yeux dans l’humilité, en abaissant notre regard vers le Très-Bas. Alors on entre dans notre ressenti profond.

Dans le monde extérieur, les formes sont stables, tandis qu’à l’intérieur, tout bouge sans cesse, ça brasse, nous sommes remués. Les émotions, les impressions, les sensations, les ressentis, les sentiments et même les pensées : rien n’est défini, rien n’est stable, tout est mouvement. C’est l’impermanence permanente.

Mais cela montre que l’intérieur ne fonctionne pas comme l’extérieur. A l’extérieur se trouve le monde des formes concrètes et du rationnel.
A l’intérieur nous sommes plongés dans le monde des émotions, de l’imaginaire et de l’irrationnel.

Quand on vit dans un monde organisé, où tout est bien à sa place, on n’aime pas être envahi par le désordre, par l’imprécision, le flou, l’hésitation…. On aime ce qui est clair et net et pas obscur et confus. On aime savoir où on met les pieds, à qui on a à faire. On veut des références, savoir qui c’est celui-là, s’il a un casier pour savoir dans quelle case le mettre ! Avec une étiquette par dessus le marché !

On aime la précision : c’est ainsi que le vague à l’âme fait horreur à l’entrepreneur actif qui s’est fixé un objectif de rentabilité. Le mot objectif lui-même s’oppose à la subjectivité du vague à l’âme.
Et le poète qui vibre avec ses visions et impressions se trouve souvent démuni pour payer son loyer et a horreur de la paperasserie qui rime pour lui avec tracasserie.

Voyez comme les deux se repoussent, ne se comprennent pas.

C’est pourtant la technique (imprimeur, éditeur…) qui va faire connaître le poète en éditant ses oeuvres, et c’est l’esprit sensible, poétique avec tout le flou et les imperfections qui vont avec qui vont insuffler de l’âme à  nos objets quotidiens, leur donner des formes qui satisfont l’imaginaire et qui vont finalement enrichir l’entrepreneur actif. Un monde purement utilitaire serait un pensum sans fin.

Taj Mahal in India

Taj Mahal in India

Ce qui est intéressant de constater dans cette image du Taj Mahal, c’est l’image du palais reflétée dans l’eau : on voit bien comme le conscient (représenté par le palais lui-même) est séparé de l’inconscient (reflet dans l’eau) par une ligne d’horizon, et l’on voit bien aussi que ces deux images miroir, inversées, sont disposées comme les aimants aux pôles qui se repoussent.

esquimon.fr

esquimon.fr

Mais ce que nous pouvons dire, c’est que nous avons besoin de ces deux pôles contradictoires que sont le conscient, avec sa panoplie de logique, rationnel, objectif…. et l’inconscient avec son cortège d’absurde, d’irrationnel, subjectif… pour  nous sentir équilibrés. Car nous les avons naturellement en nous. Nier l’un ou l’autre rend notre vie incomplète, difficile et déséquilibrée.

Nous avons besoin de vivre ces deux pôles en interpénétration, l’un n’allant pas sans l’autre : la densification de la  matière est en relation avec le conscient, le rationnel. La matière donne corps à l’esprit, là où l’esprit donne de l’âme à la matière.

Cette interpénétration de l’esprit et de la matière se retrouve dans le travail d’interprétation : l’intuition seule ne suffit pas, la logique seule  ne suffit pas, elles ont besoin de travailler ensemble, l’intuition a besoin d’être soutenue par l’esprit logique qui sert à vérifier ses dires pour être validée.
Tout comme dans une enquête policière, l’intuition joue sans doute un rôle, mais elle ne suffit pas à elle seule à résoudre l’énigme.

Exercice

Je vais vous donner un petit exercice pour vous faire sentir la différence entre le conscient  et  l’inconscient.

Observez la part rationnelle de votre journée. C’est-à-dire ce que vous avez prévu de faire, que vous y soyez obligés ou que vous ayez décidé.
Puis observez l’effet que vous fait ce que vous faites : quelles émotions sont là : peurs, dégoût, colère,  joie, jubilation, hésitation…. quelles intuitions en naissent…. Aussi, allez-vous faire ce que vous avez dit que vous alliez faire ou le contraire ? Pourquoi ?

Et goûtez la différence entre les deux : la raison et l’émotion.
Et posez-vous la question : y a-t-il adéquation entre les deux ?
C’est à dire : faites-vous ce que vous aimez, êtes-vous d’accord avec ce que vous faites, avez-vous envie d’être ailleurs, vous sentez-vous tiraillé, avez-vous fait le contraire de ce que vous aviez prévu, pourquoi….. ?

Il y a souvent une distance entre ce que l’on prévoit et ce qu’on fait vraiment et une différence de satisfaction entre ce qu’on imagine par avance et ce qu’on éprouve le moment venu. Il y a tout ce qui est fait à contre-coeur, en regret de ne pas l’avoir fait avant, en désir de revanche, pour prouver quelque chose, pour en remontrer au voisin, pour sa bonne conscience, pour paraître bon, grand et généreux,

C’est l’écart parfois vertigineux entre notre vie rationnelle faite de devoirs et de contraintes et notre vie émotionnelle qui n’y trouve pas son compte que le rêve vient mettre en lumière, et c’est cet éclairage qui va peu à peu réduire cet écart en nous amenant à prendre conscience de ce qui se passe vraiment en nous. Ce qui permet de lâcher ce qui ne nous appartient pas et nous encombre.

C’est pourquoi il est si  important de comprendre les rêves, pour ne pas passer à côté de sa vie.

 Avez-vous fait l’exercice ? Qu’avez-vous constaté ?

0 commentaire

Trackbacks/Pingbacks

  1. Le travail d’interprète | Faites interpréter vos rêves ! - […] ménage, se repoussent l’une l’autre, j’ai déjà parlé de l’inimité du conscient et de l’inconscient. Il s’agit de voyager…
  2. Les contradictions internes | Faites interpréter vos rêves ! - […] Et bien c’est de cela que les rêves s’occupent : à vous faire intégrer vos opposés. Pas d’un coup…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :
"Astuces pour noter vos rêves et vous en souvenir". Livret gratuit à télécharger.
Vos informations ne seront jamais partagées à des tiers.