Images hypnagogiques et hypnopompiques II

Publié le 12 février 2015 dans Articles, Rêves spécifiques | 2 Commentaires

cropped-2872868766_c26eac4909_o2.jpg

J’ai déjà parlé dans de précédents articles des images hypnagogiques et hypnopompiques, mais la lecture du livre d’Oliver Sachs, « l’Odeur du si bémol », que je vous recommande, car il révèle des capacités de l’esprit inconnues à la plupart d’entre nous, m’a apporté les compléments d’informations qui me manquaient.

Je ne vous résumerai pas le livre, qui est une somme, mais pour vous donner un aperçu, il parle des visions, hallucinations extraordinaires et étonnantes des personnes épileptiques, parkinsonniennes, ou tout simplement ordinaires, normales mais qui soudain vivent des expériences hors du commun et dont on en parle pas ou si peu, mais qui changent les perspectives sur l’esprit humain. Il ne tire pas de conclusions, s’en réfère à la science, aux neurosciences, qui ne peuvent que constater, sans pour autant comprendre d’où cela vient.

Il y a des gens qui entendent de la musique, du simple air fredonné à la symphonie en passant par les choeurs, d’autres qui entendent des paroles, des sons, d’autres qui ressentent des odeurs, ou des sensations, et d’autres enfin, voient des images, ou des personnages qui viennent les visiter. Interrogez votre entourage, vous risquez d’avoir des surprises.

Pour certains cela peut se passer en pleine journée et pour d’autres, seulement la nuit, au moment de l’endormissement ou du réveil.

Définition des images hypnagogiques

Elles ressemblent à des hallucinations, comme elles, elles sont involontaires, incontrôlables et autonomes, mais les images hypnagogiques ne sont pas des hallucinations : celui qui les voit sait qu’il n’hallucine pas, ne les perçoit pas comme réelles, ne les voit pas projetées dans le monde extérieur, il sait qu’il voit des images de rêve, sans pour autant qu’il puisse détecter un scénario. Elles diffèrent cependant des images mentales ordinaires, c’est à dire de l’imagination en ce que leurs couleurs et leurs détails ont un côté surnaturel et elles subissent des transformations rapides et bizarres, ce que la simple imagination volontaire est incapable de créer.

lustre Napoléon

Exemples d’images hypnagogiques

Des objets ou des personnages qui se mettent soudain à se multiplier, à envahir l’espace, à se transformer de l’intérieur.

Voici des images décrites par le révérend Georges Henslow : « Un arc-en-ciel suivi d’une flèche elle-même suivie d’une volée de flèches qui s’étaient transformées en pluie d’étoiles filantes, et en flocon de neige ensuite, puis moult détails d’un presbytère et d’un parterre de tulipes rouges. Ces images sont souvent d’une grande beauté et fort brillantes : j’aperçois des objets en cristal taillé, beaucoup plus ouvragés que ceux que je me souviens avoir vu : des filigranes or et argent magnifiquement repoussés, des vases dorés et argentés… : de subtils motifs colorés de tapis aux teintes éclatantes… »

poussière d'étoiles

Influence des images hypnagogiques sur l’art 

De nombreux poètes, peintres ont utilisé les images hypnagogiques comme support de leur art : par exemple, Beaudelaire, Nabokov, Allan Edgar Poe. Ce dernier avait la capacité de prolonger cet état, source d’inspiration pour certaines de ses nouvelles et poèmes, ainsi que toute la génération des écrivains du XIXème, même si ceux-là renforçaient souvent la puissance de ces images par la consommation d’opium et de haschich.

Nabokov les décrit dans son autobiographie :
« Juste avant de sombrer dans la sommeil, je perçois souvent une sorte de conversation unilatérale qui se poursuit dans un secteur adjacent de mon esprit, tout à fait indépendamment du cours habituel de mes pensées.  C’est une voix neutre, détachée, anonyme que je surprends à dire des mots qui n’ont pour moi aucune espèce d’importance – une phrase anglaise ou russe, ne s’adressant même pas à moi, et si insignifiante que je n’ose guère en proposer des exemples […] Ce phénomène absurde semble être la contrepartie auditive de certaines visions d’avant-dormir, qui me sont familières aussi. […] Elles surviennent et s’en vont, sans la participation de l’observateur somnolent, mais sont essentiellement différentes des images vues en rêve, car il est encore maître de ses sens. Elles sont souvent saugrenues. Je suis importuné par des profils polissons, par un certain nain rubicond, aux traits grossiers, ayant une narine ou une oreille qui se gonfle. Parfois cependant, mes photismes revètent un caractère flou assez apaisant et alors je vois – en projection pour ainsi dire, sur la face interne de la paupière – des silhouettes grises qui se promènent entre des ruches, ou des petits perroquets noirs qui disparaissent peu à peu parmi les neiges éternelles, ou bien, au delà de mâtures mouvantes, un lointain mauve qui va s’estompant. »

Les images hypnagogiques au quotidien

Pour Francis Galton (1883), cette tendance à avoir des images hypnagogiques n’a rien de pathologique, c’est un phénomène normal, indispensable à la venue du sommeil. Lui-même a dû se soumettre à une lente et patiente observation pour comprendre qu’il s’agit d’un phénomène naturel.

Il explique : « Si l’on m’avait interrogé à ce propos avant que j’eusse procédé à un test minutieux, j’aurais catégoriquement déclaré que mon champ visuel est pour l’essentiel d’un noir uniforme dans l’obscurité, hormis le surgissement occasionnel d’une nébuleuse mauve pâle et d’autres variations minimes« , mais il a constaté :

« Un changement kaléidoscopique de motifs et de formes se déroulent en permanence, ces visions étant trop fugitives et complexes pour qu’aucun de mes dessins n’ait la moindre chance de s’approcher de la vérité.  Je cesse de les voir dès que je mets à penser à n’importe quoi, et je serai curieux de savoir pourquoi une réalité si souvent présente de toute évidence est si couramment ignorée« .

Il paraîtrait que 50% de la population est sujette à ces images. Parfois ce phénomène passe inaperçu, car cela dure de quelques secondes à plusieurs minutes, et si l’on pense à autre chose, comme le dit Francis Galton, on peut très bien ne pas se rendre compte de l’apparition de ces images dans notre conscience.  Mais si l’on ne pense à rien, on peut s’en rendre compte : faites l’expérience !

Il s’agit d’une expérience le plus souvent merveilleusement agréable. Ce sont en fait les personnes atteintes de narcolepsie qui éprouvent des phénomènes désagréables : j’en parlerai dans un prochain article.  Ces personnes là  n’échappent pas à leur visions, donc si vous n’en n’avez jamais eu, c’est d’une part que vous n’êtes pas narcoleptique, d’autre part que vous pouvez sans crainte vous laissez aller à observer les images qui surgissent juste avant votre sommeil, et qui préparent celui-ci.
Si vous avez du mal à vous endormir, voilà un excellent remède !

C’est pourquoi il peut s’agir d’une expérience étonnante à faire si vous n’avez jamais pris conscience de ce cet état.

Couchez-vous en ayant sommeil, fermez les yeux, et voyez ! Laissez les images défiler.

Between worlds - fantasy tale

Et la bonne nouvelle, c’est que vous n’avez pas besoin de vous shooter pour voyager dans des paysages extraordinaires.  L’extraordinaire vous est donné de façon naturelle et ordinaire ! Spectacle unique et dépaysant garanti. Et cela chaque soir pour peu que vous le désiriez : c’est à portée de regard !

Expérimentez !

Et faites part de vos impressions dans les commentaires.

La prochaine fois, je parlerai des images hypnopompiques de façon détaillée et surprenante.

2 Commentaires

  1. Penses-tu que le terme communément utilisé de « vision », qui lui peut se rapprocher de quelque chose d’extraordinaire mais aussi de tout à fait ordinaire correspond à ce phénomène? Sinon je dois attendre la suite et la définition d’hypnopompique pour en savoir plus…
    Merci pour cette ouverture!

    • Oui, en effet, le terme vision correspondrait davantage aux images hypnopompiques, mais sans être restreint à cela.
      Par contre, pour les images hypnagogiques, non, on ne peut parler de vision. Car on sait très bien que ce n’est pas réel, et surtout parce que les images ne cessent de bouger. Alors qu’une vision est plutôt une apparition unique et stable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :
"Astuces pour noter vos rêves et vous en souvenir". Livret gratuit à télécharger.
Vos informations ne seront jamais partagées à des tiers.