Images hypnagogiques et hypnopompiques III

Publié le 4 mars 2015 dans Articles, Rêves spécifiques | 8 Commentaires

Images hypnopompiques

Comment réagiriez-vous si de bon matin, vous voyiez au pied de votre lit :

– L’immense silhouette d’un ange qui se dresse au-dessus de vous, à côté d’une personnification de la mort toute de noir vêtue.

tableau d'Alexandre-Louis Leloir (1865)

tableau d’Alexandre-Louis Leloir (1865)

C’est ce qu’a vu un certain graphiste australien qui fut saisi de peur et qui a encore vu :

– Un cadavre pourrissant à ses côtés.
– Un énorme crocodile accroché à sa gorge
– Un bébé mort gisant sur le sol couvert de sang
– Des faces hideuses qui riaient de lui
– Des araignées géantes….
– Une main gigantesque au-dessus de sa tête, ainsi qu’une autre posée par terre, un mètre cinquante plus loin
– Une image de lui-même, plus vieux, debout à côté du lit, en costume.
– Un primitif laid comme un pou, au corps couvert de touffes de poils orange et couché par terre.
– Des piles de bûches qui lui dégringolaient dessus……

Il ajoute : « A peine sorti d’une nuit calme et d’un rêve somme toute normal, je sursaute dès le réveil, car là devant moi, j’aperçois une créature que même Hollywood serait incapable de créer ! Ces hallucinations disparaissent au bout d’une dizaine de secondes tout au long desquelles je parviens à bouger – en fait, je fais en général un bond de trente centimètres, et me mets à crier… Elles se sont tellement aggravées –  j’en ai quatre par nuit environ, désormais – que j’ai très peur de me coucher. 

J_H_Fuseli_-_The_Nightmare

Malgré tout, ses images hypnopompiques, bien que fort désagréables semblent l’avoir inspiré et stimulé, puisqu’il est devenu un graphiste réputé doté d’une grande vitalité et d’une créativité de haut niveau.
Ce qui tendrait à montrer que les images de l’inconscient sont là pour nous aider à vivre notre vie, que ces images soient agréables ou effrayantes : dire qu’elles sont agréables ou effrayante est un concept humain et subjectif qui n’a aucune commune mesure avec la réalité de notre monde intérieur.

Je n’ai personnellement jamais vécu ce genre d’expérience aussi pour en parler, je m’inspire à nouveau en partie du livre d’Oliver Sachs : « L’odeur du si bémol ».

L’adjectif hypnopompique a été créé en 1901, par F.W.H. Myers, poète et humaniste anglais, l’un des membres fondateurs de la Society for Psychical Research, où l’on s’occupait des revenants, apparitions, fantômes par le biais de séances de spiritismes très en vogue à l’époque. Il tenta de relier les phénomènes anormaux et paranormaux au fonctionnement psychologique normal.
Il croyait en la survie de l’âme après la mort, mais il a bien senti que sa croyance ne suffisait pas : pour être cru à son tour, il a placé cette croyance dans un cadre scientifique.

Pour lui, certaines expériences hypnopompiques pouvait être interprétées comme des visitations surnaturelles. Il croyait en la réalité objective d’un monde spirituel ou surnaturel auquel l’esprit humain pourrait brièvement accéder lors d’état physiologiques tels que les rêves, les visions hypnopompiques, les transes et certaines formes d’épilepsie… tout en pensant en même temps que les hallucinations hypnopompiques pouvaient être des fragments de rêves ou de cauchemars persistants à l’état de veille – des rêves éveillés en quelque sorte.

Le terme hypnopompique est composé de deux racines : Hypnos : dieu du sommeil chez les grecs, qui a donné hypnose.
Et pompique : qui veut dire conduire : comme dans psychopompe : celui qui conduit les âmes : ou encore : pompes funèbres : où l’on retrouve la notion de cortège pour accompagner les morts.
Les images hypnopompiques sont celles qui accompagnent le sommeil, le suivent.

Les images hypnopompiques qui surviennent le matin n’ont rien à voir avec les images hypnagogiques du soir qui apparaissent lorsque l’on ferme les yeux.

Les images hypnopompiques ressemblent davantage à des hallucinations, ce qui veut dire que l’on croit en leur réalité dans le monde extérieur : elles semblent être dotées de la densité matérielle de la vie puisqu’on les voit les yeux ouverts et en plein jour !

Elles sont parfois plaisantes, mais le plus souvent angoissantes, et on peut leur prêter des intentions malveillantes : on peut se croire agressé dès le réveil.

Augustins_cauchemar_

L’auteur lui-même, Oliver Sachs se souvient avoir été ému de se réveiller un matin en voyant son propre visage ou plutôt « celui du quadragénaire à la barbe noire et au sourire un peu timide que j’étais autrefois. Suspendu en l’air à une soixantaine de centimètres de moi, ce visage grandeur nature aussi pâle qu’un pastel peu saturé me donna l’impression de me regarder avec curiosité et affection durant cinq ou six secondes avant de finir par disparaître« .

Un de ses amis raconte l’impressionnante vision suivante :
« Une paisible nuit d’été où je m’étais réveillé vers 2 h du matin, j’aperçus soudain à côté de moi un Amérindien à l’imposante stature : un colosse haut de deux mètres aux muscles finement ciselés, à la chevelure brune et aux yeux noirs. Je compris simultanément, me semblait-il, que, si ce personnage voulait me tuer, il n’y avait rien que je pusse faire, et qu’il était forcément irréel ; mais il était quand même là, droit comme une statue et très vivant à la fois. En un éclair, je me posais les questions suivantes : comment avait-il pu s’introduire dans mon domicile ? […. ] Pourquoi restait-il si immobile ? […] Je savais qu’il n’avait rien de réel, mais sa présence m’effrayait malgré tout. Il devint diaphane au bout de cinq ou dix secondes, puis se vaporisa peu à peu jusqu’à se rendre invisible« .

amérindien

Il relate aussi une expérience de Spinoza qui écrit à un ami « avoir vu un Brésilien noir et crasseux que je n’avais jamais vu auparavant. Cette image disparaissait en grande partie lorsque, pour me distraire par un autre objet, je fixais mes yeux sur un livre ou quelque autre chose ; mais dès que je m’en détournais et que je ne fixais plus rien avec attention, la même image du même Ethiopien m’apparaissait avec la même vivacité à plusieurs reprises, jusqu’à ce que peu à peu, elle eut disparu » (Baruch Spinoza, Lettre XVII adressée au très sage et très prudent Pierre Balling).

Et aussi ce dernier exemple :
« Un jeune garçon de dix ans s’était réveillé un matin en voyant une femme habillée de bleu planer au pied de son lit, au milieu d’un radieux halo de lumière. Elle se présenta à lui comme son ange gardien et s’adressa à lui avec douceur et gentillesse, mais l’enfant fut si terrifié qu’il alluma sa lampe de chevet dans l’espoir que l’image disparaîtrait, mais la femme continuant à léviter, il courut se réfugier dans la chambre de ses parents, qui tentèrent en vain de le convaincre qu’il avait rêvé. Leur explication ne parvenant pas à le rassurer, cet enfant eut l’impression d’avoir vécu un évènement d’autant plus inintelligible que l’image de l’ange gardien lui était totalement étrangère – sa famille n’était pas croyante.  

Pietro da Cortona

Pietro da Cortona

Envahi par la peur, il devint insomniaque et craignit de plus en plus de revoir cette femme au réveil. [….] Son comportement en fut bouleversé à tel point qu’il fut confié à un thérapeute et finit par comprendre que l’évènement en question est un type d’hallucinations des plus fréquents au réveil« .

Mais ce que je trouve étonnant dans cette histoire, c’est que l’enfant n’avait jamais entendu parler des anges et n’en soupçonnait pas l’existence. Si ce type d’hallucination est fréquent, d’où cela vient-il ?

Car Oliver Sachs note dans un autre chapitre que nous voyons ce que nous avons l’habitude de voir : par exemple, nous pouvons voir une personne décédée, mais habillée comme elle l’était dans la vie courante et comme on l’a connu : cela je peux le confirmer pour avoir vu un ami décédé dans les rayons d’une grande surface au Canada : il était bien habillé d’un jean et d’un pull bleu marine et me souriait, mais a disparu dès que j’ai cligné des yeux : je me suis demandé comment on pouvait voir les morts immatériels habillés comme d’habitude. Mais s’ils étaient invisibles, on ne les verrait pas. Il s’agit donc d’un artifice de l’invisible pour attirer notre attention d’humain sur cette autre réalité.

Mais si l’esprit se manifeste à travers ce que nous connaissons,  comment ce petit garçon a pu voir quelque chose dont il n’avait aucune idée, aucune représentation ? Comment cela a-t-il pu lui apparaître si réel ?

Car il existe des personnes qui ont aussi vu des anges, des apparitions et que l’on n’accuse pas d’avoir eu des hallucinations. Ce sont les saints, ces personnes qui ont développé une communication extraordinaire avec le divin et l’invisible, qui ont fait des miracles et ont vraiment existé : Ste Catherine de Sienne, Ste Thérèse d’Avila,  Bernadette Soubirous, pour ne citer que quelques unes. Et plus proche de nous, le Padre Pio, qui se voyait entouré des anges gardiens qui personnes qui le priaient et qui leur tenait conversation.
Et que penser des stigmates qu’ils portaient dans leur chair. Et  de l’imputréfaction de leur corps : c’est à dire qu’à leur mort, leur corps sont resté intact, n’ont pas pourri et se sont même mis à embaumer des parfums suaves.

Padre Pio

Padre Pio

Padre Pio

La Bible elle-même regorge de visions divines.

Alors comment faire la différence entre les images hypnopompiques du matin et de véritables apparitions ? Difficile à cire. Sans doute une solution consisterait à entrer en communication avec ce qui est là pour mieux comprendre. Le petit garçon aurait pu parler à son ange gardien pour en savoir plus.

Sans doute ces images proviennent-elles toutes de l’inconscient, simplement, chacun les reçoit à un niveau différent : le saint connait le monde intérieur, spirituel, il vit en contact avec le divin à chaque instant de sa vie, aussi n’est-il pas surpris et sait-il quoi faire, tandis que  l’homme ordinaire, qui a lui aussi une capacité à percevoir l’autre monde réagit en étant effrayé, car ses préoccupations sont plus axées sur la vie terrestre et sans doute nient-elles la dimension spirituelle qui apparaît alors comme effrayante.

Bien sûr, les visions sont aussi de différents niveaux : entre le Padre Pio qui savait voir les anges gardiens des personnes qui le priaient et celui qui voit un cadavre pourrissant à ses côtés, il semble y avoir tout un monde, une barrière infranchissable. Sans doute certaines apparitions sont-elles comme des images de rêve projetées à l’extérieur, il s’agirait donc d’images à interpréter selon le vécu de la personne au moment où elle voit ces images hallucinatoires, mais comment le savoir avec certitude ? Cela reste encore un grand mystère.

Et vous, connaissez-vous ces phénomènes ? Qu’en pensez-vous ?

Incoming search terms:

  • hallucination hypnagogique araignée

8 Commentaires

  1. wuauu, c’est marrant qu’on puisse rêver réveillé de tel intensité… mais S’il rêvait des choses aussi « moches » c’est qu’i était un peu traumatisé ce graphiste, ou non?

    Quand j’étais jeune, il me semblait en avoir eu/vu des images, mais aujourd’hui je me dis que probablement ou sûrement c’étaient des rêves.

    Dis, moi Aline, pour quoi je ne me rappelle presque jamais de mes rêves?

    • Je ne saurai te dire Renata, s’il était traumatisé, je n’ai moi-même jamais eu d’images hypnopompiques, seulement hypnagogiques, plus douces, et celles-ci ne sont vraiment pas dû à des traumatismes, mais préparent le sommeil : par contre les hypnopompiques, je n’en sais rien. Mais ça ne l’empêchait pas d’avoir une grande créativité. Alors pour l’instant, c’est encore un mystère.

      En tous cas pour les images que tu as reçu, on voit l’importance de noter pour se souvenir. Après, on ne sait plus.

      Tu dis que tu ne te rappelles presque jamais de tes rêves : cela veut dire qu’il te reste parfois des bribes, n’est-ce pas ? Alors mets un cahier à côté de ton lit, notes les bribes dont te souviens au matin, si c’est une impression confuse, notes le aussi, et ainsi, à force d’y prêter attention, un jour, un rêve plus net te viendra : pas besoin d’un grand rêve, mais même une simple image peut déjà dire beaucoup de choses.
      Tu peux aussi poser une question qui te tiens à coeur.

  2. Très intèressant , cet article me ramène à plusieurs choses personnellement je n’ai jamais vu d’images hypnopompiques , mais par contre beaucoup d’images hypnagoniques qui ont souvent valeur de rêves et peuvent s’interpréter. L’auteur de ce terme est un des fondateurs de la société de recherche psychique , donc Henri Bergson à été président .Sans doute ce sont il connus , je me souviens d’un passage dans les oeuvres d’Henri bergson qui traîte du rêve , passage assez court il n’a pas consacré beaucoup de temps aux rêves mais il était attaché à la théorie des phosphènes, selon lui quand on ferme les yeux les points blancs que produit la pression de la paupière créent des points blancs qui deviennent des rêves .Je crois bien que le phosphène est un rêve latent et qu’il se transforme en images hypnagoniques quand on s’endort, ça fait longtemps que je mis ça les rêves seraient toujours là , en tous cas sous forme latente .Mais autre chose dernièrement je me questionnait sur l’existence des anges , symboles réalités qui ne correspond pas forcément à ce que l’on imagine? Trés difficile de répondre à ça je décide donc de m’informer un peu sur le sujet , et je lis des articles qui affirment que les anges se manifestent avec des plumes ou des pièces de monnaie ou des numéros triples par exemple 133 222 15 . Bon admettons , tiens je me dis il me semble qu’il y a un livre à la bibliothèque (témoignages sur l’existence des anges) , je me souviens l’avoir aperçu , je m’en vais jeter un oeil .Sur le chemin je trouve des vieilles pièces de monnaies éparpillées sur un trottoir , de 1921 1920 il y a écris chambre de commerce et d’industrie.Je les ramasses , assez étonné et puis j’arrive à la bibliothèque je monte à l’étage , et je repense pièces de monnaie numéros doubles ou triples .Et le livre , finalement je le prends ou une autre fois, à ce moment un homme rentre et puis s’adresse à l’employé un autre homme assis à un bureau .En l’interpellant à voix très forte , bonjour je cherche les 133 , ils sont ou les 133 là immédiatement sur ma gauche j’aperçois la couverture du livre .L’employé se lève et dis venez avec moi ils passent tous les deux à coté de moi , l’homme sa

    • Je ne sais pas si le phosphène conduit aux images hypnagogiques : à mon avis ce sont deux choses différentes : les images hypnagogiques arrivent comme ça, sans prévenir, je le sais pour l’avoir vécu. Et non, ce sont des images qui défilent et qui n’ont pas de scénario : peut-être cela a-t-il un sens, mais il y a tant d’images qui se succèdent, c’est déjà impossible à noter puisqu’on est sur le point de s’endormir, quand à se souvenir de tout, c’est bien impossible.
      Quand à la synchronicité dont vous parlez, c’est quelque chose qui arrive souvent quand on est branché sur le sujet, alors on les remarque : autrement non ! C’est une façon de dire qu’il existe d’autres plans de conscience et qu’on est accompagné, mais pour le sens à y mettre, ce n’est pas évident, c’est à vous de voir. Par contre, je me souviens qu’avec des amis, on étaient perdus dans la campagne, le soir tombait, et soudain on a vu un groupe d’oiseaux prendre une direction, on les a suivis et on a retrouvé le village : on s’était posé une question et on a eu une réponse synchrone.

      • ? Je n’ai pas dis que les images hypnagoniques ont un scénario , évidemment que non puisque il s’agit d’une image !.Or il se trouvent que ce sont des rêves,et certaines peuvent s’interpréter.Vous me dites c’est impossible à noter oui je confirme , je ne note pas car il y en a beaucoup j’essai d’en retenir quelques unes une ou deux par exemple et puis je les notes au réveil. Des fois je n’en ai pas mémorisé, pour le phosphène je ne faisais qu’émettre cette hypothèse bergson parler d’un professeur américain , qui apparement arriver le matin à voir les rêves se dissoudre en phosphènes .Attention je ne tiendrais pas d’affirmation vis à vis de ça , d’abord je ne l’ai jamais vérifié ensuite ces sujets n’ont apparement pas était creusés plus , peut être par la société de recherche psychique mais je n’ai pas connaissance d’autres choses.Vous voulez dire que la synchronicité se manifeste pour tout le monde , mais que certains le constatent et d’autres non car ils sont attentifs oui c’est exactement comme ça que je le vois , je ne pense pas que se phénomène s’adresse à certaines personnes plutôt qu’a d’autres.

        • oui, les images hypnagogiques viennent de l’inconscient, donc on peut dire qu’elles sont des images de rêves en mouvement. Mais elles défilent tellement vite que je n’ai jamais cherché à les interpréter vraiment, je reste avec leur impression en moi, parfois une me frappe plus qu’une autre. Ca montre plutôt un accompagnement.

          • Oui , images de rêves en mouvement c’est exactement comme ça que je le définirais.

  3. s’avance et prends l’ouvrage puis répète voila 133 et l’employé parle rapidement de classification occidentale.Bon de la à tirer de conclusion , hasard synchronicités ça répondais à mon interrogation ? Il est vrai que même en étant rationnel ces expériences déroutent , j’ai souvent constaté que les synchronicités se couplent à certains rêves . le monde qui nous entoure ne se résume surement pas à la perception que nous en avons , et il n’est pas impossible que le travail sur les rêves mettent en relation avec des dimensions que nous ne connaissons pas .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :
"Astuces pour noter vos rêves et vous en souvenir". Livret gratuit à télécharger.
Vos informations ne seront jamais partagées à des tiers.