Interprétation du rêve « Trop de lumière » (Rêve et amour – 3)

Publié le 1 décembre 2014 dans Articles, Rêve, amour et sexe, Rêves interprétés | 3 Commentaires

Voici un article qui fait partie du « 3ème évènement interblogueur des couples qui durent ».

le macaron ddm V2

Nous voilà début décembre, mois lié en astrologie au signe du Sagittaire, symbole des  voyages lointains et des idéaux. Pour le couple, cela correspond aux idées et croyances qui circulent à son sujet :

Idéalisation du partenaire qui peut nous paraître lointain, inaccessible.

– Désirs de normalisation du couple, d’un mariage qui corresponde aux idéaux de milieu social ou familial.

– Idées qu’on se fait d’une relation parfaite, idéale.

Stéréotypes de tout genre.

Bien sûr, c’est le mental qui est à l’oeuvre et empêche souvent d’accepter la relation telle qu’elle est pour plaquer la relation idéale qu’on aimerait vivre. Mais la vie diffère du mental. Un des buts de la relation est de justement de nous permettre de sortir de nos pensées et de nos projections (on est sorti du Scorpion) pour vivre l’instant présent comme il se présente, dans l’acceptation de ce qui est.

On passe du critère extérieur des jugements aux critères intérieurs dont la jauge est le ressenti. Cela se traduit souvent dans les rêves par un passage au noir (dans le noir, on n’y voit rien, on y va à tâtons, en se basant sur le sens du toucher, qui nous fait ressentir), en opposition au blanc qui représente le mental ou encore la lumière, souvent la lumière électrique qui éclaire les situations de façon artificielle.

Se baser sur le ressenti, c’est dépasser les recettes du savoir aimer avec des conseils bons pour tout le monde et en définitive pour personne, comme par exemple de savoir faire attendre un homme, de ne pas céder à la jalousie ou d’avoir pour principe « jamais le premier soir », pour entrer dans le vécu, même difficile, de la relation.

La véritable rencontre se fait au niveau des inconscients. On rencontre telle personne qui va nous permettre d’évoluer, de dépasser tel problème. C’est pourquoi une relation nous confronte à nos limites, à ce que nous sommes vraiment au fond de nous : on ne triche pas avec l’inconscient. Essayer de plaquer des conseils extérieurs pour mener à bien une relation régie par l’inconscient ne peut mener qu’à l’échec.

L’inconscient est en relation avec le ressenti et les émotions : c’est agir selon son ressenti profond qui va rendre la relation vivante et nous fait sortir du désir d’une relation lancée sur les rails familiaux ou sociaux, pour faire plaisir à papa maman, ou à ce qu’on imagine que doit être une relation.

Émotion du moment présent qui change tout le temps : les émotions ne sont pas figées, elles bougent, nous aussi nous bougeons parce que nous sommes vivants. Tandis que les principes eux ne bougent pas, sont immuables. Les émotions et la relation sont toujours fluctuantes, changeantes. Nous vivons des épreuves, des crises, des moments de douceur, de tendresse, nous nous heurtons à nos limites, à ce que nous n’acceptons pas, à nos peurs. Se raccrocher à des idées, des principes, c’est s’illusionner sur le principe de vie, c’est aussi rechercher un point fixe, un repère, c’est parfois utile, de façon temporaire, à condition de le vivre avec souplesse et à condition que ça ne prenne pas le pas sur la vérité intérieure du ressenti profond.

Ainsi, la relation permet aux deux protagonistes de la relation de mieux se connaître, de ne plus tricher avec ses limites, ses désirs, ses peurs….. et d’évoluer. La relation est une entité vivante.

C’est l’expérience qu’il est donnée à Corine de vivre : Corine fréquente Gérard depuis un petit moment, et trouve beaucoup à redire à cette relation.  Voici le rêve reçu une nuit :

J’entre dans ma chambre pour aller chercher quelque chose.  Ah non ! Toute cette lumière qui fait mal aux yeux ! Qui m’épuise et m’empêche de voir. Ca ne fait pas de coupure avec ce que j’ai fait avant. Me fait prendre sur moi, sentir pauvre chose.

chambre lumineuse

 La chambre représente la relation intime que Corine entretient avec son ami. Elle vient y chercher quelque chose : elle pourrait s’y ressourcer.  En effet, lorsqu’elle s’abandonne, elle remarque combien elle se sent mieux, plus forte dans sa vie.

Mais la chambre est emplie d’une lumière qui fait mal aux yeux : toute cette lumière électrique représente une façon d’éclairer artificiellement la relation grâce aux idées qu’elle en a : elle trouve en effet Gérard trop ours solitaire et mal léché, trop ou pas assez ceci ou cela.  Il ne correspond pas à son idée d’homme idéal, aux idées qu’elle se fait d’une relation : toutes ces idées mentales l’aveuglent et l’empêchent de voir cette relation telle qu’elle est et donc l’empêchent d’y trouver son compte.

regard souffrant

Cela lui fait mal aux yeux : cela blesse son regard. Le regard qu’elle pose sur cette relation la fait souffrir : il lui arrive de voir Gérard comme quelqu’un de vraiment pas bien, qui pourrait même lui vouloir du mal, quelqu’un de négatif pour elle, et elle souffre.

Et ces pensées incessantes l’épuisent et l’empêchent de voir cette relation telle qu’elle est.

Cela ne fait pas de coupure avec ce qu’elle a fait avant : voir son ami sans aucun à priori lui permettrait de faire un break pour se ressourcer, se régénérer, passer un bon moment avec lui, s’abandonner à l’amour.

Du coup elle prend sur elle, se sent pauvre chose : complètement dans le mental, elle garde le contrôle, ne se laisse pas aller, n’a aucun repos, l’esprit toujours en alerte, et par conséquent, se sent malheureuse.  Elle ne peut profiter de cette relation, se sent victime sur la défensive. Elle prend sur elle, elle subit, elle ne lui dit pas non, mais pas oui non plus : elle souffre en silence.

Corine est abasourdie par ce rêve qui la montre bien telle qu’elle est : elle comprend que ce qui lui nuit, ce n’est pas Gérard, mais son mental acerbe, et que l’antidote à ce trop de mental qui la met dans l’ambivalence, c’est le ressenti : le ressenti est ce qui permet de connaître notre vérité à l’abri de la lumière du mental, dans le noir de l’inconnu (dans le noir, on y va à tâtons ! On est bien dans le sens du toucher, du ressenti).

Si elle se base sur son ressenti, Corine dit oui à Gérard, elle reconnait son attirance, son désir pour lui. Il n’est pas un homme parfait, mais finalement les défauts qu’elle lui reproche, elle peut les retrouver chez elle : chez elle il y a aussi une différence entre ce qu’elle dit et ce qu’elle fait. Elle reconnait qu’elle est elle-même une personne pas si facile à vivre et qu’il a peut-être du courage aussi de la supporter.  Bref, il est un être humain descendu de son piédestal et oui, ce qui compte, c’est ce ressenti qui dit oui à la relation, malgré les défauts et autres difficultés.

ressenti herbeux

Alors Corine a appelé Gérard pour lui dire qu’elle avait envie de le voir. Étonnamment lorsqu’elle l’a appelé, Gérard lui a parlé différemment de d’habitude et elle a eu le sentiment qu’il avait changé ! Il n’était plus l’ours bourru qu’elle connaissait. Elle s’est étonné : il lui a répondu que la vie avait mis sur sa route de nouvelles personnes grâce à qui, il avait soudain compris la vie autrement. Comme quoi une relation, c’est bien deux inconscients qui se répondent, et la vie se débrouille pour leur envoyer au bon moment, les expériences dont ils ont besoin pour évoluer.

Aux dernières nouvelles, Corine et Gérard s’apprivoisent à travers leur vulnérabilité.  L’équilibre extérieur est encore fragile, mais le ressenti les guide. Quand Corine est tentée de critiquer Gérard, elle se rassemble sur son ressenti et à l’écoute d’elle-même, elle découvre que ses critiques sont un paravent qui masque son ressenti avec lequel elle ne se sent pas toujours trop à l’aise.

Ce rêve montre bien la valeur thérapeutique de l’interprétation qui permet au conscient d’accomplir un travail intérieur de prise de conscience résolutoire.

 

Voici les liens des autres blogueurs sur cet évènement du mois : « le secret des couples qui durent » lancé par Valérie du blog : drôle de maman : 

Incoming search terms:

  • reve lumière forte
  • rever de dire oui

3 Commentaires

  1. Belle analyse!… Très souvent les reproches qu’on fait à l’autre sont des parties de nous qu’on accepte pas, ou qu’on ne se permet pas d’exprimer…. l’autre nous sert de miroir pour y découvrir nos points faibles et nos pistes d’amélioration…

  2. Jolie !
    Heureusement qu’elle a su bien ‘ecouter’ son reve!
    C’est incroyable comment on peux se pourrir la vie pour ‘rien’!!!
    Merci Aline

    • Et oui, encore un coup du mental !

Trackbacks/Pingbacks

  1. Couples qui durent #3- Mieux se connaître pour mieux s’aimerDrôle de Maman - […] Aline Magnin du blog vos rêves interprétés > Trop de lumière […]
  2. Le silence est d’or | Je me disperse - […] Aline Magnin du blog vos rêves interprétés > Trop de lumière […]
  3. Survivre au deuil d'un enfant (Les petits pieds de Léa) - […] Aline Magnin du blog Vos rêves interprétés > Trop de lumière […]
  4. Survivre au deuil d'un enfant (Les petits pieds de Léa) | S'il suffisait d'aimer - […] Aline Magnin du blog Vos rêves interprétés > Trop de lumière […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :
"Astuces pour noter vos rêves et vous en souvenir". Livret gratuit à télécharger.
Vos informations ne seront jamais partagées à des tiers.