Le rêve est-il intellectuel ?

C’est amusant. Les gens me disent souvent qu’ils n’ont pas envie de faire interpréter leurs rêves, parce qu’ils ont peur que l’interprétation soit mentale. Mais c’est justement quand on reste au niveau de l’intellect et des croyances sur les rêves que l’on trouve à l’interprétation un aspect intellectuel.

jobat.be

Que veut dire intellectuel ?

Est intellectuel ce qui est en relation avec l’intelligence rationnelle qui ne fait pas appel aux sens, aux émotions.

L’intellect a besoin des mots pour s’exprimer, mais les mots n’ont pas besoin de l’intellect pour se prononcer. Autrement cela voudrait dire que lorsque vous dites à quelqu’un que vous l’aimez, vous êtes intellectuel !

C’est à dire si l’intellect a besoin des mots pour se dire, ce ne sont pas les mots qui font l’intellect.

Les mots servent à exprimer différents registres d’être, qu’il s’agisse d’une démonstration mathématique, d’une déclaration d’amour ou d’un poème qui exprime les variations de l’âme.

La nature du rêve est en relation avec les émotions. L’interprétation passe par les mots, certes, pour être compréhensible, ne pas rester dans le flou, mais elle ne procède pas d’un processus intellectuel.

Bien sûr il y a une part de réflexion, mais aussi d’intuition. Quand le sens affleure à la conscience, le besoin se fait sentir de le mettre en mots. Tout comme le poète se sert des mots pour exprimer l’ineffable, l’interprète utilise le langage du rêveur pour se faire comprendre de lui, afin de traduire l’esprit du rêve, d’en révéler le sens.

Décomposons le mot intellectuel : 

Décomposons le mot intellectuel, on trouve : intellect tue el : El représentant le divin, ce qui donne : l’intellect tue le divin : la peur de certains rêveurs, c’est que les mots de l’esprit tue , supprime le divin des rêves : c’est bien ce qu’ils me disent (enfin, juste quelques uns, mais ça suffit pour m’interpeller) : il me disent : les images de mes rêves sont indescriptibles : je ne peux trouver de mots pour les décrire, je refuse de le faire, car cela tue l’énergie vivante qu’il y a dedans, je préfère rester dedans à ressentir.

Oui, quand on sort du rêve, on aime rester encore un peu dedans, goûter à sa présence dans laquelle on se sent comme dans un cocon, entouré, vivant une aventure spéciale dont on n’a pas bien envie de sortir.
Il est bon de ressentir l’atmosphère spéciale de ses rêves, de s’en imprégner. Mais cela ne suffit pas.

Cela ressemble un peu à l’état d’un bébé qui refuserait de naître sous prétexte que la réalité est difficile et qu’il préfère rester dans la chaleur du liquide amniotique. Baigner dans l’ambiance de ses rêves, c’est un peu la même chose : rester un peu dedans oui, mais tout le temps non.

Oublierez-vous le voyage que vous avez fait au Mexique simplement parce que vous aurez écrit ou peint un carnet de voyage ? Non, au contraire, cela sert à vous en souvenir. L’écriture ou le dessin fixent les souvenirs. Ils permettent de prendre de la distance et de commencer à analyser ce qui a été vécu.

carnet-du-voyageur.com

Il est tout à fait possible d’apprécier son voyage et ses péripéties, d’en garder un souvenir ébloui tout en décrivant ce qu’on a vécu.

L’intelligence du rêve

Mais en réalité, ce n’est pas que l’interprétation soit intellectuelle qui rebute le rêveur, c’est plutôt que le rêve soit intelligent qui lui fait peur. En effet, il craint de redescendre sur terre, de reprendre contact avec la réalité. Sortir des grandes idées qu’il se fait de son rêve le frustre. Quel voyage magnifique, unique en son genre il a fait. Aucun ne l’égalera jamais plus. Surtout le garder tel quel, surtout ne pas y toucher.  Une angoisse soudaine lui fait craindre que les belles images qui l’ont subjuguées ne mettent en lumière quelque ombre au tableau, qui appellerait une remise en cause. Il préfère la belle image à la brusque découverte qui risque de déchirer ses certitudes.

C’est l’intelligence du rêve qui fait percevoir le message reçu comme une bénédiction. Il percute la personne par sa justesse et son regard aiguisé et en même temps bienveillant. Bien que la bienveillance du rêve ne soit pas toujours perçue comme telle. En effet, le rêve n’a pas la bienveillance du développement personnel. Le rêve est neutre. Ce qu’il veut, c’est notre évolution. Et c’est lui qui juge de la meilleure façon de nous faire comprendre les choses. Dans cette optique, un cauchemar est bienveillant, c’est à dire qu’il veille bien, qu’il a une bonne écoute de là où nous en sommes.

Goûter à l’interprétation de rêves

Si vous n’avez jamais mangé de pomme, comment je peux vous expliquer son goût délicieux, acidulé, frais, croquant… Je peux vous le décrire mais comment savoir ce que vous comprendrez !?

La seule façon de comprendre ce qu’est une interprétation de rêves, c’est d’y goûter, c’est d’en demander une !

pomme coeur

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.