La métaphore et les rêves érotiques

Publié le 17 mars 2016 dans Articles, Généralités sur le rêve, Rêves interprétés | 0 commentaire

L’inimitié du conscient et de l’inconscient

Je vous parlais dans l’article précédent de cette inimitié entre le conscient et l’inconscient, de la répulsion entre les deux.
Et bien, vous en voyez une manifestation lorsqu’une partie de vous rejette vos rêves comme trop bizarres : c’est votre partie consciente qui repousse l’inconscient.
Voyez la force que cela peut avoir, à peine vous bougez et votre rêve s’envole.

aimants repoussants

On pourrait comparer cette pression entre le conscient et l’inconscient à la force des aimants qui se repoussent. Ou un peu comme si vous vous retrouviez au fond de l’eau revêtu d’un scaphandre : la pression exercée par l’eau sur vos épaules ne donnerait pas à vos mouvements la grâce d’une danseuse étoile.

Alors imaginez ce qui se passe lorsque vous interprétez un rêve : la force que doit avoir votre conscient pour ne pas se laisser déstabiliser par l’inconscient, pour ne pas se laisser embarquer dans un courant de pensée fantaisiste comme un canoé pris par le flot impétueux d’un torrent. Il s’agit de garder le cap, comme le capitaine d’un navire qui sait essuyer une tempête sans croire sa dernière heure venue.

Par exemple, combien de personnes, quand elles voient la personne qui les attire en rêve, croient qu’il s’agit de la personne pour de vrai, et que cela est le signe que leur amour est réciproque.

aufeminin.com

aufeminin.com

Elles ont beau savoir qu’un rêve n’est pas à prendre au pied de la lettre, que les images de rêve sont métaphoriques, rien à faire, le désir est trop grand et elles le prennent pour la réalité.
Remarquons au passage que désir, amour, sexualité sont du domaine de l’irrationnel et l’on voit qu’elle fascination ils exercent sur nous. Cela ressemble au chant des sirènes n’est-ce pas, les sirènes qui peuplent le fond des océans… de l’inconscient !

Images du rêve ou métaphore

Le rêve utilise des métaphores pour s’exprimer. Une métaphore est une image qui frappe et qui répond bien à l’adage : « un petit dessin vaut mieux qu’un grand discours ». La métaphore est une image qui vaut un grand discours.

Mais pour la comprendre vraiment, encore faut-il avoir le courage de la décrypter, de l’analyser, de se pencher dessus pour en saisir toute la saveur. Et de s’extraire de la fascination que l’image provoque en soi, même si l’image agit sur nous, en profondeur, nous parle en-deçà de notre conscience, il y a besoin de s’extraire de l’image pour la décrypter et faire accepter au mental, à la raison, le sens. Il est important que le mental soit instruit de ce qui se passe en nous. Il évite ainsi de tourner en rond sans comprendre ce qui lui arrive. Cela lui permet de suivre l’actualité de qui nous sommes. Et réduit l’écart entre nos convictions, nos à-priori et notre réalité plus profonde.

Pour illustrer cette réflexion, je vous propose le rêve de Clarisse :

S’agit-il d’un rêve érotique ? 

« Dans un grand réfectoire, il y en avait une que j’appellerais Laetitia qui voulait absolument convaincre un jeune homme de faire ce qu’elle avait décidé, mais le jeune homme lui disait non, qu’il n’avait pas envie. A ce moment, Cindy, une autre assise par terre, lui a demandé si elle n’avait pas de besoins sexuels à combler : « oh non », répondit Laetitia, sûre d’elle. Avec Cindy, on s’est mises à rigoler, en se disant qu’elle ne connaissait pas ses besoins, et Cindy a ajouté : « alors, on va passer une petite annonce ! »

Le grand réfectoire, c’est un cadre convivial dans lequel Clarisse se restaure avec d’autres : par rapport à sa veille, ce réfectoire représente l’écriture de textes qu’elle partage ensuite avec d’autres.

Laétitia représente le côté de Clarisse qui veut absolument écrire : elle est décidée et croit que ça va lui venir comme l’autre fois où un texte étonnant avait jailli d’elle, et elle pensait qu’elle avait trouvé sa façon d’écrire et qu’elle n’aurait pas de mal, mais ce jeune homme, son dynamisme actif, refuse. C’est-à-dire que Clarisse cherche à écrire de façon volontaire, persuadée qu’il lui suffit de vouloir pour pouvoir, mais non, ça ne marche pas comme ça.

Une qui est assise par terre, Cindy, représente le côté de Clarisse ancré, au contact de son ressenti, et celle-ci demande à ce côté volontaire de Clarisse si elle n’aurait pas des besoins sexuels à combler : c’est-à-dire être pénétrée par un masculin qui lui donnerait de l’énergie, qui la rendrait vivante, sans doute moins volontaire. Car ce jeune homme a qui elle demande quelque chose n’est pas son amoureux, c’est à dire qu’elle agit par volonté, mais pas par amour.

Par rapport à l’écriture, il s’agit du besoin d’être pénétrée par un masculin créateur, c’est-à-dire que Clarisse a surtout besoin de s’entraîner à écrire. Elle reconnait que, pressée d’écrire, elle s’est précipitée sur son sujet, persuadée qu’elle coucherait facilement sur le papier ce qu’elle avait en tête, puisque la fois d’avant, elle avait réussi, mais non, cela ne lui est arrivé qu’une fois, et là, on voit bien que son dynamisme masculin est plutôt passif, elle n’écrit pas souvent. Alors les mots se sont refusés à elle, elle s’est trouvée bloquée.

Mais cela, elle refuse de le reconnaître. Il y a un côté en Clarisse qui pense qu’elle a trouvé son style, qu’il lui suffit de penser pour que les mots sortent, alors que non, c’est du travail.

Mais Cindy et Clarisse ne sont pas dupes : Clarisse se voit faire et elle est finalement d’accord pour dire qu’elle a besoin de s’entraîner à écrire plus souvent.
Elles se disent qu’elles vont passer une petite annonce : pour trouver un homme pour Laétitia, pour trouver une façon d’écrire avec laquelle Clarisse aurait plaisir à s’exercer. Et pour trouver il faut essayer : donc écrire, s’exercer à des styles différents.

On voit bien que si elle le prenait au pied de la lettre, Clarisse pourrait se dire : « ah oui, c’est vrai, en ce moment, je n’ai pas d’homme dans ma vie, il y a longtemps que je n’ai pas fait l’amour », car c’est une réalité, Clarisse est seule. Mais par rapport à l’écriture, c’est de s’entraîner qu’elle a besoin.

Voyez comme il est important de bien décrypter les images pour comprendre le sens d’un rêve.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :
"Astuces pour noter vos rêves et vous en souvenir". Livret gratuit à télécharger.
Vos informations ne seront jamais partagées à des tiers.