La fête de l’Ascension

Aujourd’hui jeudi, c’est l‘Ascension.  Te souviens-tu rêveur ou rêveuse de ce qu’est l’Ascension ? C’est une fête chrétienne que l’on célèbre 40 jours après le dimanche de Pâques.
Elle marque la dernière fois où Jésus apparaît aux Apôtres.
L’Ascension est le symbole de la vie éternelle et du Saint-Esprit.
Le Christ n’est plus présent physiquement sur cette terre, puisqu’il est mort et ressuscité, mais il est présent dans les sacrements. Il devient le St Esprit.
Et les Apôtres commencent à aller communiquer le message christique de par le monde.

Voyons un parallèle avec la vie actuelle

eglise.catholique.fr

Le message du Christ, dont j’ai parlé à Pâques, c’est l’écoute de la voix intérieure, qui parle à travers le ressenti, l’intuition. C’est la célébration du féminin qui a besoin d’être écouté, entendu. Ce féminin que l’on trop tendance à négliger. Même chez les femmes, le féminin est négligé, à cause de notre éducation. Education qui n’apprécie pas les émotions, le vague à l’âme et tous les mouvements intérieurs qui ne semblent pas productifs, mais plutôt encombrants.

Un exemple symbolique de quand l’Ascension n’a pas lieu

Il y a en ce moment une terrible illustration de la non-écoute du féminin.
C’est l’histoire de Naomi, cette jeune femme qui appelle le Samu au secours, mais qui se fait moquer par les opératrices. J’ai écouté la vidéo de l’appel, et je l’ai trouvé effectivement très choquante. On entend clairement les opératrices se marrer entre elles, se moquer et rejeter Naomi qui dit seulement qu’elle souffre.  Elle ne prend pas une grosse voix de mec pour dire :  » venez vite, au secours », non, elle dit seulement « aidez-moi, je me sens  mal, je vais mourir ».

Je ne suis pas à l’intérieur des opératrices pour savoir comment elles ont vécu la chose. Je ne cherche pas à savoir pourquoi elles se sont moquées de cette jeune femme. Seulement je prends juste la situation telle qu’elle est. Leur ton moqueur rappelle les moqueries machos de ceux qui raillent les femmes, opposé à la détresse de Naomi.

Il se trouve que Naomi est noire, comme l’inconscient des rêves qui sont eux aussi méprisés, ne retiennent pas l’attention, sont dévalorisés, moqués.  Car ils font partie du monde intérieur, que nous ne visitons pas assez souvent. Le monde intérieur aussi a une petite voix qui ne se laisse pas facilement entendre dans le brouhaha du monde extérieur, dans ce monde d’exigence d’être fort et performant. Ces opératrices ont tout simplement oublié que la vulnérabilité existe, que la vie est fragile. Elles ont oublié de le reconnaître en elles, elles ne supportent pas de l’entendre chez d’autres.

Domination du rationnel

Ce qui amène à cette situation absurde, c’est la domination du rationnel dans notre société.  Ce rationnel masculin pouvant aussi se trouver chez la femme : là, chez ces opératrices. A cause sans doute de conditions de travail difficiles qui poussent parfois à ne pas être à l’écoute et d’avoir envie de railler. Sauf que là, il s’agissait de la vie et de la souffrance d’un être humain. On peut dire que Naomi a été considérée comme une chochote qui s’écoute, une nunuche qui ne sait même pas ce qu’elle fait : elle avait appelé la police avant : ben oui, quand on souffre, on n’a pas forcément les bons réflexes. Elle s’est juste sentie en situation d’urgence. La police, c’est protecteur. 

Autre exemple symbolique

Je trouve que d’une certaine façon, cela rejoint le mouvement « Me too » ou « Balance ton porc ». Dans le sens de dénoncer le manque de considération du masculin pour le féminin. Même si bien sûr, ces manifestations ont parfois quelque chose d’outrancier, de revanchard. Mais on peut dire que dans les deux cas, c’est un cri d’alerte sur le féminin souffrant. Ce féminin qui peine à se faire entendre, toutes ces choses en nous, ces mouvements intérieurs qui cherchent à s’exprimer, appellent au secours et sont niés, tués par les réactions machos du masculin dominant dans notre société.

C’est aussi la raison pour laquelle les rêves sont si peu entendus, on les prend tellement pas au sérieux. On les prend pour des absurdités, des incohérences, des absurdités. Il y a des gens qui ont honte de leurs rêves, ils refusent d’en parler et  ne sont sûrement pas prêt à écouter ce qu’ils ont à dire. Alors que les messages des rêves sont bouleversants.

On peut penser que l’histoire de Naomi ne vient pas pour rien. Elle vient pour faire prendre conscience de la fragilité du féminin, du monde intérieur, des rêves qui murmurent tout bas. Et on les prend pour des idiots. Alors qu’ils sont là pour nous réveiller, pour nous ouvrir les yeux sur ce qui se passe au fond de nous.

Souviens-toi de tes rêves, rêveur ou rêveuse, écris-les et apprécie.
Et prend le temps de sentir ce qui se passe en toi, de te relier à ton être intérieur. C’est ton lien avec l’âme, qui elle, est éternelle. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.