Le rêve de Claude : rêve prémonitoire ?

Publié le 3 août 2017 dans Articles, Rêves interprétés, Rêves spécifiques, Yi-King | 2 Commentaires

Les rêves mettent les émotions en avant, et là, j’ai bien envie de pousser un coup de gueule.

En effet, il arrive régulièrement que des personnes m’envoie leur rêve, mais juste comme ça, pour voir, pour me demander ce que j’en pense, mine de rien, comme s’il s’agissait d’une conversation de salon ou comme nous étions des collègues débattant d’un cas !

Et bien non ! Je refuse de dire trois mots juste comme ça pour voir.

Cela me met en colère car cela montre que les gens ne prennent pas leurs rêves au sérieux. Ou ils cherchent à se rassurer : dis-moi ce que tu en penses, cela m’évitera à moi de penser au pire.

Car oui, en général, ceux qui me balancent leur rêve comme ça cherchent surtout à être rassurés : surtout s’il s’agit de rêve qui parle de mort, de leur mort ou de celle d’un proche.

En fait, le rêve provoque afin de réveiller le rêveur, le faire réagir, le faire s’intéresser à ses rêves, alors s’il cherche seulement à être rassuré, ce n’est pas le but recherché.
C’est pourquoi je ne réponds pas à de telles demandes. Car en plus, sans connaître la vie de la personne il est difficile de savoir ce que le rêve cherche à lui dire réellement. En effet, le rêve est ancré au réel, il parle d’une situation concrète au coeur même du quotidien du rêveur.
Alors si je ne connais pas la situation, comment puis-je aider le rêveur à y voir clair dans ce que lui dit le rêve ? Comment le rêveur saura-t-il à quoi se rattache ce rêve, à quelle situation précise ?

Je vais vous donner un exemple qui illustre cela : imaginer qu’un Claude ou un Dominique m’envoie son rêve : s’agit-il d’un homme ou d’une femme : déjà là, l’interprétation peut différer.
Ensuite, s’agit-il d’un rêve complet ou pas : parfois les gens ne donnent qu’une partie du rêve, si bien qu’on ne peut conclure correctement. Il risque d’y manquer des éléments importants, une fin qui vient corriger ce qui a été vu auparavant. Car un rêve est un tout.
Ce n’est pas la même chose de ne se souvenir que d’une bribe, d’une image, car on se rend compte qu’une image est complète en elle-même et que ce dont on se souvient est ce qui a besoin d’être interprété.  S’il en était autrement, se souvenir de tous ses rêves serait insupportable !
Mais occulter délibérément une partie du rêve, c’est tronquer le message.

Claude existe vraiment et m’a soumis son rêve pour que je lui dise ce que j’en pense : je vous le soumets :

Le rêve de Claude

 » J’ai fais un rêve où il y avait une clairvoyante et elle me disait »j’ai 9 prédictions à te faire » la première »Tu as quel âge en ce moment ? » elle me demanda, je lui répondis 56 ans et de me répondre » Eh bien il te reste 6 années à vivre. voici ma première prédiction ».
Qu’en pensez-vous ?

grazia.fr

Et oui, Claude me demande ce que je pense de son rêve au lieu de me demander ce que celui-ci veut dire.

Oh, je comprends bien pourquoi Claude me pose cette question : la vraie question qu’il se pose est : « vais-je mourir dans six ans ? » S’agit-il d’un rêve prémonitoire ?

Et la réponse est « oui » !!! Mais pas de la façon qu’il imagine.
D’abord le rêve ne parle pas de mort, mais de vie : 6 années à vivre.

Ensuite si le rêve voulait vraiment lui annoncer son décès, il ne prendrait pas la peine de lui demander quel âge il a. Car Claude comme le rêve le savent.

Non, le rêve est plus subtil. Il veut que Claude prenne conscience qu’il a 56 ans, c’est à dire qu’il est en train de vivre le 56, chiffre du Yi-King ! Et oui, si finalement j’accepte de parler un peu de ce rêve, c’est qu’il sert mon propos, il illustre les articles écrits sur le Yi-King auxquels je vous renvoie : ici et ou encore

Yi-King noms

Souvenez-vous du 56 : le voyageur. C’est à dire que quelque part dans sa vie, Claude se conduit en voyageur, c’est à dire qu’il est sans attache, mais dans quel domaine ?
S’agit-il d’un ou d’une célibataire qui vit une ou des relations de courte durée, ou bien une relation longue durée sans engagement, ou s’agit-il d’une personne qui travaille en intérim ?
On peut se trouver sans attache dans de nombreux domaines ou situations. Il peut aussi s’agir tout simplement d’une façon détachée de vivre sa vie qui fait qu’il ne se prend pas la tête avec des dépendances nocives.

Ensuite, il reste six années à vivre renvoie au chiffre 6 : le conflit.
C’est à dire que ce qui reste à vivre, c’est le 6 : le conflit : c’est à dire qu’en se conduisant en voyageur qui ne crée pas d’attache, Claude peut se croire délivré de tout conflit et jusqu’à présent il doit y avoir réussi et c’était sans doute positif, mais est venu maintenant l’heure d’un tout nouveau sujet dans sa vie : le conflit. Le conflit étant quand on se trouve dans son bon droit et qu’on se heurte à de l’opposition. Si l’on n’est pas convaincu de son droit, la résistance détermine la ruse ou la violence, mais non le conflit, qui demande circonspection et force intérieure grâce auxquelles on est toujours disposé à régler la contestation et à conclure un compromis en faisant la moitié du chemin. Et ceci afin de ne pas perpétuer l’inimitié, terriblement nocive.

Le tout nouveau sujet est annoncé par neuf prédictions. C’est neuf, nouveau.
Pour Claude le conflit à vivre sera inédit, du jamais vu dans sa vie. Le vivre peut en effet le conduire à une mort à lui-même, une mort de son état de voyageur. Car il risque d’être ébranlé : mais par quoi ? Est-ce la peur de dire non, d’affirmer qu’il n’est pas d’accord ? Est-ce de devoir s’impliquer ? Ou toute autre raison encore.

C’est là où il est important de dialoguer avec le rêveur pour comprendre avec lui ce qui se passe.

C’est pour cela que cela me met en colère qu’un pareil rêve ne suscite chez celui qui le reçoit qu’une interrogation binaire du style : « alors je vais mourir dans six ans ou pas ? ». Et se sentir rassuré si la réponse est non, sans chercher à comprendre plus loin la subtilité du rêve, sans chercher à la goûter.

Il y a encore un autre chiffre sous-entendu qui fait partie de l’interprétation. C’est le 62 : en effet, 56 + 6 = 62 : la prépondérance du petit.
Ce conflit, qui le fera mourir à lui-même, aidera Claude à entrer dans une humilité qui le rendra sensible à ce qui est vrai. C’est à dire qu’il ne sera plus le voyageur qui ne s’implique pas, mais un homme sensible qui entrera en contact avec ce qu’il ressent vraiment, et qui sera capable de voir les choses telles qu’elles sont, vivre la vie pour ce qu’elle est.

C’est pourquoi la clairvoyante, qui représente sa réceptivité intuitive lui parle de la première prédiction : oui, pour lui, ce sera une première de ne plus vivre dans ce détachement qui doit lui tenir à coeur, mais le côté assez directif et impressionnant du rêve lui dit : « Ca suffit de vivre détaché des contingences terrestres, allez, impliques toi, montre qui tu es ! »

Bon, c’est moi qui interprète tout ça, qui donne un sens selon ma connaissance des rêves, je le fais parce que je n’ai pas d’interlocuteur pour moduler mes dires, et c’est là où l’interprétation peut être dangereuse lorsqu’elle reste sans dialogue avec le rêveur. Car on peut aussi parfois vraiment se planter. Et se contenter de dire au rêveur qu’il va vivre un conflit ne va pas beaucoup l’aider. Il est important de l’aider à déterminer dans quel domaine il vit son voyageur, et ce que signifierait un conflit pour lui.
Et ce sont les questions que va lui poser l’interprète qui vont faire surgir la réponse en lui, soufflées par son inconscient, puisque c’est de lui qu’il s’agit. Il est là et fait naître les réponses. Les rêveurs sont souvent très étonnés de ce phénomène.

C’est bien pourquoi je ne réponds pas aux rêveurs qui me soumettent leurs rêves sans demander d’interprétation. Enfin si, je leur réponds pour leur dire de demander une consultation.

Et je finirai par cette phrase découverte il y a quelques jours :

La spiritualisation ne se fait ni par le renoncement ni par la négation de quoi que ce soit, mais par un embrassement amoureux de toute la condition terrestre, de tout ce qui fait qu’on est humain…. 
Le livre de l’âme, Placide Gaboury

Alors il n’y a pas à avoir honte de vos rêves qui viennent vous aider à incarner votre côté spirituel dans la matière.

Il y faut du temps….. et ce qui vous aide, ce sont les rêves qui de façon inlassable vous font entrer de plain pied dans cette condition terrestre.

Alors, avez-vous des rêves qui vous taraudent, qui vous angoissent, qui reviennent vous visiter ou qui simplement vous interpellent ? Comprenez-vous qu’ils n’attendent qu’un geste de votre part pour vous délivrer leur message et vous délivrer d’un poids ? Ne les laissez pas languir…..

 

2 Commentaires

  1. Bonsoir Aline,

    j’ai beaucoup aimé cet article  » petit coup de gueule » , il est très juste.
    je fais régulièrement interpréter mes rêves et sait combien la compréhension de leur sens m’a fait évoluer et me guide dans mon quotidien.

    Merci pour le temps passé à vos articles au service des rêves, je les trouve extraordinairement parlant.

    Alice

    • Merci Alice pour votre commentaire, c’est bien la compréhension du sens des rêves qui fait évoluer, car ceux-ci nous suivent tout au long de notre vie et sont un guide au quotidien. C’est important d’en prendre conscience. Nous ne sommes pas seuls au monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :
"Astuces pour noter vos rêves et vous en souvenir". Livret gratuit à télécharger.
Vos informations ne seront jamais partagées à des tiers.