Le rêve est spirituel

Publié le 5 septembre 2017 dans Articles, Généralités sur le rêve, Symbolique chrétienne | 0 commentaire

Si vous ne deviez retenir qu’un message au sujet des rêves, c’est qu’ils sont spirituels.
Et que les fréquenter est une grâce.
L’interprétation de rêve est une communion avec le divin, un lien entre le divin et l’humain.
C’est ce qui allège et soulage quand on fait interpréter un rêve : on reçoit une grâce. La grâce de se sentir compris de façon intime.

Le rêve possède cet art inégalé de vous faire passer des messages précieux grâce à un scénario totalement adapté à ce qu’il cherche à vous dire selon là où vous en êtes.

C’est à dire qu’il se montrera doux s’il la douceur est ce dont vous avez besoin, ou ferme si vous en avez besoin ou encore furieux si la fureur est ce qui convient. Le rêve n’est pas pour une éducation bienveillante ou sans violence, puisqu’il est capable de nous faire sentir parmi toute la gamme des émotions possibles, celle qui convient au moment opportun.

Quel thérapeute, même chevronné saurait avoir une telle écoute diversifiée, saurait vous faire profiter de sautes d’humeur salvatrices, sans vous faire fuir ?

L’interprétation de rêves est un travail thérapeutique, mais un travail directement relié à la source divine.

La Bible regorge de rêves, malheureusement l’Eglise s’est depuis longtemps coupée de cette connaissance.

Il existe cependant un pape amené à reconnaitre la pertinence d’un rêve. Lui qui se méfiait des rêves, dérangeurs de sommeil !

C’était il y a bien longtemps, au Moyen-Age, vers l’an 1200. (cet épisode est tiré du livre « les grands rêves de l’Histoire » d’Hélène Renard et Isabelle Garnier aux ed. Michel Lafon)

Le pape Innocent III se moque d’un jeune homme venu le solliciter, afin que celui-ci approuve la vie de mendiant dépouillé de tout qu’il tentait de vivre avec ses compagnons.

Or Innocent III appartient à une grande famille du Latium. Erudit, il est respecté de tous les princes d’Occident. C’est un homme de pouvoir et d’action qui sait user avec dextérité et même perfidie d’une arme redoutable : l’excommunication qui a valeur d’un pouvoir de vie ou de mort à l’époque. Avec elle il impose sa volonté à trois rois : au roi d’Angleterre, Jean Sans Terre, au roi de France, Philippe Auguste, et à l’empereur d’Allemagne Frédéric II.
C’est lui qui impose l’idée que le pape n’est pas un évêque comme les autres, simplement investi d’une dignité et d’une fonction honorifique supérieures, mais un représentant du Christ lui-même, situé au-dessus de ces simples représentants des apôtres que sont les évêques.
Il a aussi mené deux croisades, l’une pour la délivrance de Jérusalem et l’autre pour l’éradication de l’hérésie albigeoise en Languedoc.
Il n’a rien d’un homme simple enclin à écouter son coeur.

Si bien qu’il n’a que mépris pour la démarche du jeune homme à qui il répond méchamment :

« Va donc retrouver tes pourceaux. Tu leur prêcheras tout ce que tu voudras ».

Mais ce jeune homme n’est pas n’importe qui : il est François Bernardone, qui après avoir rendu son nom à son père, devint St François d’Assise, celui qui parle aux oiseaux !

Son histoire est remarquable : fils de drapier, il fait partie de la jeunesse dorée et dissipée de son époque, puis, imprégné de littérature chevaleresque, veut devenir chevalier, pour la renommée, jusqu’à ce que touché par la grâce suite à de nombreuses visions et rêves, il se dépouille de tout, engage une vie de pauvreté, de compassion et de labeur. Il subsiste grâce à la charité qui se pratiquait à l’époque, aide les lépreux, reconstruit l’église de San Damiano qui tombe en ruine.

Mais cela ne lui suffit pas : il veut convaincre et part prêcher par les chemins, les villes et les villages, rejoint bientôt par quelques compagnons, comme lui, avides d’absolu.
C’est avec eux qu’il est venu à Rome pour demander au pape d’approuver officiellement la vie qu’ils ont choisi.

Aussi, quand François entend les paroles d’Innocent III, il le prend au mot et entre dans la première porcherie venue, et là, il se roule dans leur boue, leur soue.
Puis revient tout joyeux et tout puant, voir Innocent.

Innocent, qui quelque part porte bien son nom, se rend compte qu’il y est quand même allé un peu fort, il réalise surtout son mépris, regrette et se radoucit. Il lui promet une audience.

Résultats de recherche d'images pour « st françois d'assise »

 

Une audience, oui, mais Innocent et François sont si différents que tout le monde pense cette démarche vouée à l’échec.

Elle pourrait l’être, mais quelques jours avant le rendez-vous, François a une vision : il se voit « rencontrant sur la route un grand arbre à l’immense ramure. Il s’arrête pour l’admirer quand soudain, une force surnaturelle le fait grandir jusqu’à en atteindre le sommet. Alors d’une seule main et sans effort, il couche l’arbre au sol« .

C’est pour François un superbe présage. Il sait qu’avec la grâce de Dieu, il parviendra à fléchir le terrible Innocent III.

Pourtant l’entrevue ne se passe pas si bien. Le pape est effrayé par les rigueurs de la règle des futurs franciscains. Elle est d’une telle sévérité qu’elle lui semble impraticable. Il craint que ces fous de Dieu ne soient trop exaltés et courent à l’échec. Alors il renvoie une deuxième fois son visiteur.

« Va prier mon fils, pour qu’Il nous manifeste Sa Volonté. Lorsque nous la connaîtrons, nous pourrons te répondre en toute sécurité.

François va prier. Quand à Innocent, il va faire la sieste.

Et c’est là que Dieu intervient en envoyant à Innocent un rêve. Ce qui est soi très drôle, si on sait ce qu’Innocent pensait des rêves : il n’aime pas du tout ces manifestations nuisibles au sommeil du juste.

Il a même écrit dans son texte : « De terrore somniorum » (Des terreurs nocturnes) :
« Alors que l’on s’accorde un temps pour le repos, les rêves vous empêchent de trouver le repos durant ce temps. Les songes vous effrayent, les visions vous troublent. Et bien que ces choses tristes, pénibles, terribles que rêvent les rêveurs ne soient pas réalité, en réalité, elle effrayent et fatiguent au point que certains dormeurs pleurent parfois et sont tout bouleversés à leur réveil. Même s’ils ont vu quelque chose d’agréable, ils sont dans la peine, puisqu’ils l’ont perdue ».
Aussi : « les songes engendrent bien des ennuis. Ils ont fait déraisonner bien des gens et ont fait chuter ceux qui s’appuyaient sur eux ».
Et il conclut par cette maxime : « Abondance de songes, abondance de soucis ».

Et voici que dans son rêve : Il voit la Basilique du Latran en train de pencher dangereusement. Va-t-elle s’écrouler ? Non car elle est soutenue du dos et des épaules par un religieux qui la maintient en équilibre.
Un petit homme fort laid aux gros sourcils. Tout le portrait de François.

 

Image associée
Le rêve du pape est immortalisé par Giotto. On voit François soutenir l’Eglise tandis que le pape fait la sieste.

Et oui, Dieu se soucie fort peu des pensées barrage que notre mental émet. Il parle à autre dimension en nous. Et c’est à cette autre dimension que le rêve est dédié.

Et Innocent, qui quelque part porte bien son nom, approuva le texte proposé par François. Il a enfin reconnut que le rêve était spirituel !

L’ordre des franciscains était né !

C’est au retour de son ambassade à Rome qu’a lieu la fameuse prédication aux oiseaux.
Ulcéré par la froideur des romains et scandalisé par leurs vices, François aurait-il préféré enseigner la bonne parole du Christ aux oiseaux du ciel ?  C’est ce que l’on peut penser : en même temps, ça ne tient pas la route : comment serait-il en colère alors qu’il vient d’obtenir satisfaction !

Ce que j’entends plutôt, à travers cet épisode, est que François savait que les oiseaux étaient un symbole de la vie spirituelle : en quelque sorte, il parlait la langue des oiseaux ! Il était chevillé à son inconscient et comprenait le langage spirituel. Je crois plutôt que parler aux oiseaux était sa façon de remercier Dieu pour lui exprimer sa reconnaissance de l’avoir soutenu dans ce difficile combat avec Innocent III, représentatif de tout ce que François avait laissé derrière lui pour se consacrer à sa voie spirituelle !

Résultats de recherche d'images pour « st françois d'assise »

benoit-et-moi.fr

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :
"Astuces pour noter vos rêves et vous en souvenir". Livret gratuit à télécharger.
Vos informations ne seront jamais partagées à des tiers.