Le sens du travail d’interprète

Publié le 13 décembre 2016 dans Articles, Généralités sur le rêve, Sur l'interprétation | 0 commentaire

Apprendre à interpréter, c’est apprendre à entrer en relation intime avec l’esprit qui guide, le divin en soi, c’est entrer dans une initiation : initiation au monde des rêves et à la connaissance de soi grâce aux rêves. Pour atteindre le Soi, cette partie immuable en nous qui nous rend unique. Cela demande de l’introspection et de la solitude. Et un travail personnel.

C’est pourquoi ceux qui donnent des cours à une grande masse de gens ou qui pratiquent le travail de groupe où tout le monde interprète le rêve de tout le monde ne peuvent conduire les rêveurs à une véritable connaissance de soi.

Les cours sur internet, comme ceux de Kaya peuvent donner des connaissances générales sur les rêves, et même si cela satisfait une certaine soif de connaissance, cela ne satisfait pas la soif de se connaître à travers ses rêves, car il est impossible lorsque mille personnes suivent des cours en ligne, que chacun ait son rêve interprété, et que chacun ait la chance de pouvoir se confronter à l’interprétation d’un rêve tout en bénéficiant d’une supervision par un interprète chevronné.

Quand au travail d’interprétation en groupe, qui semble séduire certaines personnes, qu’apporte-t-il en réalité ? Où se trouvent l’intériorisation et le travail personnel ? Où se trouve l’angoisse de se retrouver seul face à un rêve, complètement démuni. C’est pourtant en se confrontant à ce vide absolu que peu à peu l’esprit s’organise et l’inspiration suit. Et c’est bien sûr pour fuir ce vide abyssal que certaines personnes préfèrent le groupe, plus rassurant à leurs yeux. Mais ils ne se rendent pas compte qu’ainsi, ils fuient le véritable travail d’interprétation.

citation-populaire.com

citation-populaire.com

Ce que j’ai apprécié dans le travail avec Christiane Riedel, c’est l’attention qu’elle porte à chacun de ses élèves dans des ateliers de deux ou trois personnes, pas plus, afin que chacun puisse interpréter le rêve d’un autre rêveur et avoir son propre rêve interprété.

Cela permet d’entrer dans une profondeur qui permet de comprendre que tout rêve, si petit soit-il, non seulement est unique, précieux, nous apprend une multitude de choses, mais encore est interprétable.

Car le problème est bien là : vous entendrez souvent dire que tous les rêves ne sont pas interprétables, qu’il n’est pas judicieux de le faire, qu’il n’est important d’interpréter que les grands rêves, seuls dignes d’intérêt. Cela ne montre que l’incapacité à vraiment comprendre les rêves de celui qui énonce de telles affirmations.

Pourquoi voudriez-vous que les rêves se mettent à vous dire des choses que vous ne pourriez comprendre : non, les rêves s’adressent à vous, donc vous tiennent un langage que vous pouvez comprendre : s’ils semblent incompréhensibles, c’est juste que la bonne façon de les comprendre n’a pas été trouvée, donc qu’il n’y a pas eu assez de descente en soi, pas assez d’intériorisation.

Le sens du travail d’interprète

Ce que l’on recherche dans tout art, c’est à incarner l’âme. Toucher la part de divin et la transmettre.

En interprétation, c’est pareil. Il s’agit d’interpréter l’âme des rêves, le divin présent dans les rêves, c’est comme du pain nourrissant. Qui permet la transformation.

Ce qui fait la valeur d’un interprète, c’est le travail sur soi qu’il fait en suivant les conseils de ses rêves dans son quotidien. La façon dont il est à l’écoute, dont il affine sa sensibilité, lui sert pour saisir les subtilités des rêves des autres rêveurs. Cela ne s’apprend pas dans les livres, mais dans la vie de tous les jours, dans la boue de la vie quotidienne. Dieu se trouve dans la merde humaine, pas dans les sphères célestes. C’est cela qui est difficile à comprendre, mais qui est essentiel : l’essence du ciel est dans le plus bas. Le « Très bas », comme l’appelait Christian Bobin pour évoquer le divin.

tres-bas-ch-bobin

Il ne s’agit pas de s’extraire du monde ou de vouloir devenir un ange, comme certains croient, non il s’agit de vivre la simplicité de la vie pour ce qu’elle est : c’est pour ça que Jésus est né dans une étable, dans une mangeoire, près d’un boeuf et d’un âne, tout simplement. On ne bénéficie pas toujours des meilleures conditions. Tout n’est pas parfait.

tres-bas-livre-ch-bobin

Mais c’est dans le magma que se trouve le diamant. Les pierres précieuses ne payent pas de mine au premier abord, il y a besoin de les polir pour qu’elles brillent de tous leurs feux, besoin de les travailler, d’enlever l’inutile pour faire apparaître le joyau. C’est ce travail que l’on fait en tant qu’interprète et en tant que rêveur si l’on suit la voie des rêves, et c’est tous les jours.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :
"Astuces pour noter vos rêves et vous en souvenir". Livret gratuit à télécharger.
Vos informations ne seront jamais partagées à des tiers.