Les résistances à l’interprétation

Publié le 16 octobre 2015 dans Articles, Conseils pratiques rêves, Généralités sur le rêve | 5 Commentaires

Après vous avoir parlé des bienfaits de l’interprétation, laissez-moi vous parler des résistances à l’interprétation.

devenir-vg.over-blog.com

devenir-vg.over-blog.com

Car malheureusement, au lieu de se mettre en quête d’un interprète et de demander tout simplement une interprétation lorsqu’un rêve interpelle, certaines personnes freinent soudain des deux pieds, pour des raisons qui semblent parfois mystérieuses.

J’en énumérerai quelques unes dans lesquelles il est possible que vous vous reconnaissiez.

Les résistances à l’interprétation

Il y a tout d’abord ceux qui savent qu’ils ont rêvé, leur rêve était mouvementé, mais non, ils ne savent déjà plus. Ils n’ont pas noté.

Il y a ceux qui s’en souviennent parfois, mais qui ne voient pas l’intérêt de faire interpréter : les rêves ont-ils vraiment un sens ? Et les miens en particulier ? Si les rêves étaient si bénéfiques, tout le monde en parlerait.

Il y a ceux qui ont honte de rêver à des histoires absurdes, incohérentes. Jamais ils n’oseraient les raconter à quiconque, ils ont trop peur qu’on les croit dérangés.

Il y a ceux qui ne se posent aucune question.

Il y a ceux qui ne veulent surtout pas mettre leur rêve en mots, cela risquerait d’abîmer leur rêve ! « Aucun mot ne pourra jamais retranscrire exactement ce que j’ai vécu » : c’est effectivement impossible, mais c’est comme un voyage : le récit de voyage n’est pas le voyage, il ne retrace que des moments du voyage, il parle à l’esprit, là où le voyage a parlé aussi au corps, aux sens tactiles de la personne. Mais les mots du récit de voyage permettent de comprendre si vous êtes allés plutôt en Alaska avec des chiens de traîneaux, ou si vous avez remonté une rivière en péniche.
C’est la même chose pour le rêve : avez-vous dansé au cours d’un banquet somptueux ou vous êtes-vous perdu dans un labyrinthe froid et humide ? Même sans donner tous les détails lorsque le rêve en foisonne, résumer en quelques lignes permet de comprendre une situation, permet d’ordonner la profusion d’images qui peut en effet paraître envahissante lors de certains rêves complexes.
Ecrire ses rêves permet de faire un tri dans les images et de les mieux comprendre. Cela n’enlève en rien l’action du rêve en soi, ni sa beauté. Ce n’est pas non plus le trahir. C’est l’aider à faire émerger son sens.

Il y a ceux qui trouvent leurs rêves incomplets : « Je ne me souviens que de bribes, il y avait autre chose avant ou après, et j’arrive pas à me rappeler, c’est pénible, j’aimerai bien, mais non, ça ne sert à rien d’interpréter juste une image, tu parles, une image, c’est rien ! »
Et bien non, une image au contraire est un rêve à elle toute seule : une image qui reste est l’image à interpréter : car les images sont des hologrammes des rêves.
L’interprétation de rêve se mène comme une enquête policière.
Or dans une enquête, croyez-vous que les inspecteurs aient tous les éléments pour comprendre ce qui s’est passé : bien sûr que non : ils n’ont que des bribes, des restes, et ils font avec. On peut dire que l’enquête policière tout comme l’interprétation de rêve est l’art d’accommoder les restes. C’est avec ces restes que l’on comprend ce qu’a voulu dire le rêve, que l’on comprend le message adressé au rêveur. Alors ne craignez pas les images restantes. Au contraire, une simple image est parfois plus percutante qu’un grand rêve : c’est un peu comme en homéopathie : juste un peu fait un plus grand effet que beaucoup.

Il y a enfin ceux qui ont peur, tout simplement, peur de ce que le rêve va bien pouvoir révéler d’eux, ils ont peur que l’interprète sache tout d’eux, disent-ils, mais en réalité, c’est surtout vis-à-vis d’eux-mêmes qu’ils ont peur : peur de découvrir des facettes déplaisantes d’eux-même, auxquelles ils ne seraient pas préparés. Et c’est vrai qu’on ne sait jamais d’avance à quoi on va rêver et surtout ce que le rêve va révéler de vous.
Mais le rêve est toujours empreint d’une grande délicatesse. Il sait où vous en êtes et quel langage est le mieux adapté pour vous dire ce que vous devez savoir : regardez l’infini des scénarios de rêves ! L’imagination incroyable des rêves pour tourner la phrase qu’ils veulent vous dire de façon à ce que votre âme comprenne, capte, que le message soit adapté à votre dimension : les rêves vous taillent un habit sur mesure. Quelle chance !

Mais ceux qui ont peur d’être vus préfèrent souvent se débrouiller seuls et cherchent dans les livres, essayant vaguement de comprendre, et même s’ils se rendent compte que les livres ne servent à rien, continuent parce qu’ils n’ont pas trouvé mieux.

D’autres encore fréquentent les forums en espérant que quelqu’un réponde à l’appel désespéré qu’ils lancent pour comprendre leur rêves. Bien que comprenant que sur les forums personne ne comprend, ils s’escriment à dire qu’ils sont contents des réponses qu’ils reçoivent simplement parce que quelqu’un les écoute et malgré le manque de réponses pertinentes, deviennent accrocs,  juste parce que ça leur tient compagnie et que c’est gratuit : oui, sur les forums, les conseils sont gratuits : c’est à dire que personne n’en assume la responsabilité et qu’on trouve surtout du grand n’importe quoi.

Il y a aussi ceux qui se posent des questions sans rien faire, attendant qu’une réponse tombe du ciel : qui sait ?

Il y a ceux qui même sans réponses, croient comprendre, parce que des réponses il s’en inventent, et croient qu’ils comprennent leurs rêves, sans comprendre qu’un rêve parle un langage très subtil et complexe qui diffère de notre logique. C’est comme une langue étrangère, besoin d’apprendre et de beaucoup s’exercer pour comprendre.

Il y a ceux qui aimeraient savoir mais ne savent vers qui se tourner.

Comment choisir un interprète ? 

En faisant confiance à votre intuition, en demandant à vos rêves lorsque vous pensez en avoir trouvé un. Bien sûr, il faudra comprendre la réponse. Il est toujours possible de demander l’interprétation d’un rêve pour se faire une idée. Et de laisser votre intérieur répondre pour savoir s’il a envie de continuer.

Et vous, quelles sont vos résistances, balancez-vous entre résistance et soif de savoir ? Qu’est-ce qui vous retient ? 

5 Commentaires

  1. Très intéressant ton sujet merci Aline.
    Pour ma part je ne me rappelle presque jamais… si déjà dans la vie réveillé je me rappellerais ce serait bien… 😉 ALors si c’était le cas je n’irais vraiment pas sur un forum pour me faire interpréter mes rêves! Je demanderais plutôt dans un place de marche ou une brocante ha ha ha.
    Non, j’irais voir sur un blog, comme le tien, qui est sérieux et puis je crois que à force de lire on prend confiance et on a envie de te contacter. J’imagine.
    Mais quand je me rappelle de mes rêves, je les comprends très bien, car ce sont la continuité de ce que je fais dans la journée.
    tu veux savoir de quoi je rêve?
    C’est facile !
    Renata
    s’il te plaît… dessine-moi un rêve !

    • oups je viens de voir les fautes, sorry

    • Bingo Renata ! Tu crois que tu les comprends parce qu’ils sont la continuité de ce que tu fais dans la journée, c’est à dire dessiner : mais Renata, le rêve parle ton langage : si tu dessines, le rêve te parle à travers le dessin, il prend une situation que tu connais, mais pour te dire autre chose que tu ignores ! Ah oui, je l’avais oublié celle-là, croire qu’on comprend son rêve parce qu’il semble être la continuité de la journée : non, il apporte toujours quelque chose de nouveau. Merci Renata d’avoir évoqué ce cas là.

  2. Bonjour Aline?
    Effectivement je me reconnais dans plusieurs profils que tu as énuméré. Entre le fait de ne pas noter, de trouver mes rêves absurdes et incomplets, j’avoue que du coup j’évite de me poser des questions.
    Il est vrai que je me souviens très très rarement de mes rêves alors de là à les interpréter. …..
    Merci pour cet article.
    A bientôt

    Lili

    • Et bien, lorsque tu te souviens d’une image absurde, tu la notes en te disant : « tiens pourquoi une image si bizarre « , tu la gardes avec toi la journée, tu y penses de temps en temps ainsi qu’à ce que tu as fait la veille, et tu te dis que même si tu ne comprends pas, ça a un rapport. Et c’est là où tu comprends qu’il y a une vie en dehors du mental. Et qu’elle a du sens, même si tu ne la comprends pas.
      Et peut-être un jour tu auras envie de comprendre. Bonne journée à toi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :
"Astuces pour noter vos rêves et vous en souvenir". Livret gratuit à télécharger.
Vos informations ne seront jamais partagées à des tiers.