Les rêves et la maladie (2)

Publié le 27 septembre 2016 dans Articles, Rêve de santé | 0 commentaire

Pour illustrer mon dernier article sur les rêves et la maladie, faisons aujourd’hui la comparaison entre les réponses d’un livre qui décode les maladies, par exemple celui de Jacques Martel, et les réponses des rêves.

Voyons le mal de gorge.

mal-de-gorge.ooreka.fr

mal-de-gorge.ooreka.fr

Pour Jacques Martel, le mal de gorge est en relation avec la difficulté à s’exprimer : culpabiliser d’avoir dit certaines paroles, penser que j’aurai pu exprimer quelque chose, mais ne l’avoir pas fait. Me sentir en colère ou en rage, mais ne rien dire de peur de la réaction des autres…. Difficulté à m’exprimer…. A m’affirmer… La rage monte dans la gorge…. Conflit dans l’acceptation de mon existence. Irritation. Difficulté à accepter une personne ou avaler une situation qui peut aller à l’encontre de mes principes. Trop d’émotions restent coincées en soi.

On voit tout de suite que si cela donne des pistes intéressantes, le sens exprimé est très général. Et que cela peut correspondre à plusieurs situations et qu’il n’est pas toujours très facile de comprendre ce qu’il se passe en nous de façon subtile.

Voyons maintenant ce que le rêve dit à Georgette, une personne qui a mal à la gorge et qui pose la question.

Q : Pourquoi ce mal de gorge, que faire pour que cela passe ?

Il y a la partie administrative de l’inscription, représentée par un paquet de gens debout ensemble, semblables, face à moi. Cela ne me concerne pas. Et j’ai peur qu’on me demande à quoi ça correspond pour moi dans l’inscription. Et je serais embêtée pour répondre, car je n’en sais rien. C’est le côté ennuyeux de l’inscription. Je vais encore paraître stupide de ne pas savoir répondre

Interprétation :

Je demande à Georgette ce qu’est la partie administrative de l’inscription.
Elle me répond : « c’est quand je me suis inscrite à une journée de formation dans le cadre de mon travail : la partie administrative, c’est le côté paperasse :  quand on s’inscrit, c’est pour de bon : si on ne peut pas y aller, il n’y aura pas de remboursement.

paquet de gens : des personnes debout, qui se ressemblent, sont proches physiquement, mais ne bougent pas, sont comme un seul ensemble, comme un chœur dans un groupe de chant, à l’unisson, sont un groupe uni, anonyme.
Cela veut dire que tous les gens qui s’inscrivent sont traités de la même façon. C’est à dire qu’une personne qui s’inscrit et ne vient pas ne sera pas remboursée.

Mais ça ne me concerne pas : je ne suis pas concernée par ces formalités : ce qui est administratif n’est pas de mon ressort : c’est mon supérieur hiérarchique qui supervise et assume.

Peur qu’on me demande à quoi ça correspond pour moi dans l’inscription, car je n’en sais rien : j’ai peur qu’on me demande des comptes, car je ne suis pas sûre de pouvoir y aller. Ca m’ennuie que mon travail paye si je ne peux y aller : je trouve ça ridicule de dépenser de l’argent pour rien. Peur qu’on me le reproche, qu’on me traite de princesse. Alors je ne sais pas si c’est judicieux de m’inscrire.

C’est le côté ennuyeux de  l’inscription : cela m’ennuie de m’inscrire sans être sûre de pouvoir assumer.

Je vais encore paraître stupide de ne pas savoir répondre : peur de paraître stupide d’être dans l’incertitude. Si bien que je n’ose m’ouvrir de ce dilemme à mon supérieur hiérarchique, car je n’ai pas non plus envie qu’il me demande de ne pas m’inscrire : je veux bien tenter ma chance tout en me sentant coupable de n’être pas sûre de ce que je vais pouvoir faire.

Finalement, on comprend que Georgette a mal à la gorge parce qu’elle n’ose exprimer ses doutes, parce qu’elle se sent coupable de prendre une décision qu’elle n’est pas sûre de pouvoir assumer.

Et ce qu’il faut faire pour qu’elle n’ait plus mal à la gorge : qu’elle se dise que cela ne dépend pas d’elle, mais de son travail. Que personne ne lui demandera de compte, que c’est son supérieur hiérarchique qui assumera le fait qu’elle y aille ou pas. Ce n’est pas elle qui est responsable.

On voit à quel point le rêve analyse finement la situation et fait comprendre en profondeur ce qui se passe. Après ce rêve, Georgette a pu se relaxer : elle n’avait plus de souci à se faire.
Elle a finalisé son inscription et en effet n’a pas pu y aller, mais ne s’est pas sentie coupable et n’a plus eu mal à la gorge ni même développer une autre maladie : si elle s’était sentie coupable, elle aurait pu en développer une ! Son mal de gorge aurait pu empirer sans qu’elle comprenne pourquoi.

Et vous, y a-t-il des symptômes dont vous aimeriez comprendre le sens ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :
"Astuces pour noter vos rêves et vous en souvenir". Livret gratuit à télécharger.
Vos informations ne seront jamais partagées à des tiers.