Les rêves et la maladie

Publié le 18 septembre 2016 dans Articles, Généralités sur le rêve, Rêve de santé | 0 commentaire

La formation des maladies

Suite à mon article précédent, on comprend que si l’on évite de faire interpréter ses rêves par peur des remises en cause venant de l’intérieur, et bien les comportements erronés et dénoncés par le rêve ne seront pas corrigés et par conséquent, comme le dit Jung, « ce que l’on refuse de reconnaître à l’intérieur de soi arrive de l’extérieur comme un destin ». 
Et ce destin, et bien c’est la maladie !

La maladie est en effet le signal que quelque chose ne va pas. Elle montre un dysfonctionnement, un mal être. Elle est le résultat d’une accumulation d’attitudes, de comportements erronés que l’on n’a pas voulu voir, dont on n’a pas voulu prendre conscience et qui finissent par se traduire dans le corps. Il y a comme un malaise, dit-on. quelque chose avec lequel on n’est pas à l’aise : c’est ce qui se trame à l’intérieur, qui n’est pas très net, mais qu’on préfère ignorer, ne pas voir, faire comme si tout allait bien. Alors que l’intérieur boue. Et à un moment, à force de bouillir silencieusement, ça explose : les cellules explosent, prolifèrent, se révoltent à l’intérieur et c’est un cancer, une crise cardiaque, même une entorse, un ligament qui se rompt. Le corps dit stop !

Étonnamment, lorsqu’on est malade on s’alite : on adopte la position couchée, à l’horizontale : comme lorsqu’on dort et qu’on est proche de ses rêves et de son inconscient. Ce n’est plus la tête qui domine, mais toutes les parties du corps sont à la même hauteur : le corps et les sensations sont à l’honneur : ce que l’on refusait de ressentir en bonne santé se fait soudain sentir dans la douleur ! Comme si le corps disait : « Stop, sois à l’écoute« .

Lorsque l’on dort, on est à l’écoute du monde intérieur, même si on n’en n’a aucune conscience une fois réveillé. Malade, on ne peut plus qu’adopter cette position qui nous force à écouter cet intérieur qui souffre. En ce sens la maladie est une bénédiction.

Mais il est possible de l’éviter, en commençant à faire interpréter ses rêves, surtout les cauchemars et les rêves récurrents. Les rêves récurrents sont des rêves dont le message se répète.
Lorsqu’un message se répète et qu’on ne l’écoute pas, il se passe la même chose que dans le cas de la goutte d’eau qui fait déborder le vase : un débordement à force de répétition.
Connaissez-vous l’histoire des soldats qui marchent au pas sur un pont ? Que croyez-vous qu’il arrive au bout d’un moment : un pont est solide oui, mais au bout d’un moment, à cause de la répétition de la cadence des pas, le pont rompt !
C’est pour cette raison que sur un pont, les soldats ont ordre de rompre le pas… avant le pont !

blogdaengenharia.com

blogdaengenharia.com

Ce qui veut dire que le fait de refuser de faire interpréter ses rêves parce qu’on les trouve négatifs ou incohérents a pour conséquence de créer des blocages qui peuvent finir par s’imprimer dans le corps. On tombe malade (la maladie est ce qui a du mal à se dire, c’est aussi le mal à Die, le mal à Dieu, en langue des oiseaux). Le malaise du corps va exprimer le malaise de l’être.

Et c’est bien ce qu’on découvre en décodage biologique : un mal de gorge signifie souvent une difficulté à dire les choses, à sortir ce qui compte pour nous mais qu’on juge inapproprié, par peur des conséquences.

Il existe toute une symbolique du corps qui se retrouve dans les rêves. Des travaux ont été fait. Il y a l’excellent « grand dictionnaire des malaises et maladies » de Jacques Martel aux Editions Quintessence. Il y a aussi Michel Odoul et son livre « Dis-moi où tu as mal, plus de 300 pathologies ou traumatismes décodés », chez Albin Michel, ou encore « La maladie cherche à me guérir » du Dr Philippe Dransart, et aussi « Mon corps pour me guérir » de Christian Flèche, au Souffle d’Or. Il y a aussi pour la signification des dents le docteur Estelle Vereek et ses excellents livres.

La différence avec ces livres qui font preuve d’une recherche remarquable, c’est que le rêve vous parle de votre situation à vous, qui n’est pas la même que celle du voisin, même s’il peut y avoir des points communs.
Il est en effet plus facile de reconnaître ce que l’on vit d’erroné dans la situation que le rêve évoque, que de le faire à partir des généralités énoncées dans un livre fait pour tous.
C’est ce qui fait la valeur inestimable du rêve. Il raconte notre vie et fait notre éducation.

Et pour ma part, je veux bien apporter mon témoignage. Les seuls maux importants de mon corps sont un peu d’arthrose aux poignets et un nodule thyroïdien froid, deux pathologies que j’ai développées avant de m’engager dans la voie des rêves.

L’arthrose me faisait horriblement souffrir parfois : et bien, j’ai posé la question à mes rêves, et leur réponse m’a aidé à dégager la douleur. Bon, le cartilage n’a pas été reconstitué, mais la douleur est grandement diminuée, je peux vivre avec sans problème, et sans prise de médicaments ou de compléments alimentaires. Mais comme il s’agit pour moi et pour toute personne atteinte d’une quelconque maladie de schémas d’attitudes ou de pensées inscrites en soi depuis longtemps, cela veut dire pour moi de faire l’effort de ne pas retomber dans les anciens schémas et de me tenir toujours à l’écoute de la réponse du rêve. Car il faut savoir qu’il faut du temps pour abandonner des schémas de pensée, d’attitudes, de croyances acquis tôt dans la vie. Plus il a fallu de temps pour les construire (ou rester avec), plus il faudra de temps pour les déconstruire.

Pour le nodule thyroïdien, j’ai reçu des rêves bien avant d’entrer sur le chemin des rêves, notamment un rêve très long qui me disait clairement ce que j’aurai à faire pour guérir, et on me disait que ça me prendrait 20 ans !
Les 20 ans sont passés, le nodule n’a pas disparu, mais il a diminué et je n’ai toujours pas besoin de prendre de gouttes.

Mon regret, c’est de n’avoir pas commencé l’interprétation des rêves plus tôt : j’aurai pu !

Oui, j’ai découvert le flyer de Christiane Riedel un an avant l’apparition de ce nodule, mais n’en suis venue à l’interprétation que dix ans plus tard ! Que de temps perdu ! Car j’en ai reçu des rêves qui me montraient ce qui se passait en moi, et qui m’auraient aidé à abandonner mes croyances et comportements erronés de l’époque.

Et vous, recevez-vous des rêves récurrents, des rêves qui se répètent et  insistent ?
Et comment vous sentez-vous dans votre corps ? Vous manifeste-t-il des désagréments ?

0 commentaire

Trackbacks/Pingbacks

  1. Les rêves et la maladie (2) | Faites interpréter vos rêves ! - […] illustrer mon dernier article sur les rêves et la maladie, faisons aujourd’hui la comparaison entre les réponses d’un livre…
  2. Comment se passe une interprétation ? | Faites interpréter vos rêves ! - […] posées. La métaphore pour ce déclic est un peu comme ce que je vous racontais au sujet du pont…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :
"Astuces pour noter vos rêves et vous en souvenir". Livret gratuit à télécharger.
Vos informations ne seront jamais partagées à des tiers.