Peut-on interpréter seul ses rêves ?

Publié le 8 mars 2016 dans Articles, Conseils pratiques rêves, Généralités sur le rêve | 4 Commentaires

Imaginez un homme chausser des skis flambants neufs pour s’élancer sur une piste noire ou mieux, dans du hors-piste, alors qu’il n’a vu la neige que de son balcon, ou sur de belles revues, ou encore à la télévision.
Que lui crieriez-vous ? « Casse-cou », n’est-ce pas.
Et vous auriez raison !

myelitetmoi.unblog.fr;

myelitetmoi.unblog.fr;

Et pourtant, en ce qui concerne les rêves, combien se lancent hardiment dans l’interprétation, alors qu’ils ne possèdent que des rudiments glanés dans des livres, et n’ont aucune idée de ce qu’est la matière vivante du rêve.

Alors comme le skieur néophyte, ils vont se ramasser : contresens, et autres non sens, mais à la différence du skieur, ils ne vont pas percevoir la chute. Ils arriveront à des conclusions aberrantes, des monstruosités. S’ils n’arrivent à rien, ils se diront seulement qu’on ne peut pas interpréter tous les rêves, et jamais ne remettront en question leur savoir-faire.

Interpréter seul ses rêves ? 

Bon, déjà il faut s’entendre sur le terme « interpréter seul » : en effet, on ne peut interpréter seul un rêve, c’est impossible, il y faut au minimum l’accompagnement du monde intérieur, c’est à dire le concours de l’intuition, mais l’intuition seule ne suffit pas.
L’intuition est importante, mais elle doit être secondée par un grand sens de la logique et de la connaissance du fonctionnement des rêves.

Le monde des rêves est un monde inconnu que l’on apprend à connaître en le fréquentant, en l’aimant, en cherchant à savoir ce qu’il veut dire vraiment, en acceptant de vraiment l’écouter. Il ne s’agit pas d’arriver à la conclusion qui nous arrange, mais comprendre ce que le rêve veut vraiment dire et sous-entend, c’est à dire comprendre toutes les implications contenues dans le message du rêve.

Car le rêve ne nous délivre pas un message rikiki, mais qui englobe plusieurs aspects de notre vie.

Je n’ai pas pris la comparaison avec le ski au hasard. Les rêves eux-mêmes comparent souvent l’interprétation aux joies de ce sport d’hiver.

nicolas.brodu.net

nicolas.brodu.net

Métaphore du ski pour l’interprétation

En effet, cette neige qui glisse, poudreuse ou verglas, est comme les symboles des rêves sur lesquels on glisse, on dérape, on se casse la figure ou les dents : quand on chausse des skis pour la première fois, on y va doucement, on fait attention, et dès qu’on crâne, vlan, on se ramasse. Et bien, pour les images de rêve, c’est pareil : il faut y aller avec précaution, pas se précipiter en se disant que c’est facile. C’est là où l’on dérape. Gare à la gamelle !

La neige est froide : les images de rêves ne sont pas particulièrement chaleureuses ou avenantes, elles ne vous accueillent pas en disant « voilà ce que je veux dire » : non, non, non, les images même dynamiques restent des images indifférentes à vos efforts pour les comprendre. Conscient et inconscient sont en froid, hostiles l’un à l’autre, si bien que les images de rêve jettent un froid et glacent votre mental qui se fige d’incompréhension, il faut du courage pour continuer à s’intéresser à elles malgré leur manque évident de bonne volonté pour vous aider à les comprendre.

La neige, c’est blanc : le blanc virginal : chaque image est nouvelle et unique puisqu’elle s’interprète selon le contexte du rêve et de votre vie. Ce blanc qui laisse votre tête vide, puisque ce n’est pas avec le mental que l’on comprend un rêve et que c’est la première fois que vous voyez cette image et vous n’avez aucune référence. Blanc de l’innocence avec laquelle aborder les images de rêve. Sans idée préconçue.

Chaque flocon est une merveille de perfection, comme le sont les images de rêve, parfaites en elles-mêmes, un rêve à elles seules, puisqu’une bribe de rêve est aussi un rêve.

lfm.ch

lfm.ch

La neige, c’est de l’eau transformée : une image de rêve est de l’émotion transformée, mise sous une forme tangible.

Skier, c’est descendre en soi sur cette étendue d’images de rêve avec deux planches, une à droite, l’autre à gauche : il s’agit de plancher sur un rêve avec le conscient (à droite) et l’inconscient (à gauche), pas l’un après l’autre, mais de façon simultanée !  Et c’est là que réside la difficulté. Un moment d’inattention ou de manque de coordination et c’est la gamelle assurée !

Lorsque l’on skie, on veille à l’équilibre de son corps. Lorsqu’on interprète aussi. A l’intérieur de soi, on sent si l’interprétation est juste ou pas. On le sent dans les tripes.

Interpréter ressemble souvent à du hors-piste. Eh oui, chaque rêve est unique : la descente n’est pas balisée, personne n’est descendu dans ce rêve avant nous. On avance en terrain inconnu, on patauge, on se sent perdu, il s’agit de trouver des repères, et le sens de l’orientation, sans être jamais sûr de ce qu’on va trouver en chemin. Le GPS est intérieur. S’il n’est pas bien accroché en soi, on risque de se perdre, de se planter.

e-sushi.fr

e-sushi.fr

Alors le hors-piste, c’est pour les débutants ?
Et bien non, il faut bien connaître le ski pour s’y risquer, bien connaître la montagne. C’est une sacrée responsabilité.

Et bien pour les rêves c’est pareil !
Et vous essayez-vous de comprendre vos rêves tout seul ?
A quoi arrivez-vous ? Qu’en pensez-vous ? 

 

4 Commentaires

  1. Bonjour Aline,

    Wouao…c’est  » chaud  » la comparaison !

    De saison et tellement vraie .

    Merci
    Guilhermina

    • Mais c’est vraiment une comparaison que les rêves m’avaient eux-même donné ! Et c’est en effet de saison, c’est pourquoi je me suis dit que c’était le moment.
      Il faut dire qu’il y a tant de gens qui croient qu’ils comprennent leurs rêves et ne veulent demander à personne, et quand ils disent finalement ce qu’ils ont trouvé, je vois que les conclusions auxquelles ils arrivent sont souvent erronées, parfois aux antipodes de ce que dit le rêve. Ce qui est tellement dommage. Mais bon, ne pas non plus se décourager. On peut apprendre l’interprétation, comprendre les rêves, oui, heureusement.

  2. Merci, Aline, pour cet excellent article.
    Je l’ai lu avec intérêt et il m’a amusée.
    Tu as parfaitement raison de souligner que l’interprétation d’un rêve ne s’improvise pas et qu’ une préparation, une formation à cet art est indispensable.

    Tu as bien fait de choisir la métaphore du ski, elle est en effet souvent utilisée dans les rêves pour représenter l’interprétation.

    Merci encore et j’attends le prochain article avec impatience.
    Christiane

    • Merci Christiane pour ton soutien ! Je me suis dis que j’allais peut-être faire fuir les gens, les effrayer, mais quoi, oui, l’interprétation est un art difficile. Il faut le dire. Même à une époque où tout le monde aime que ce soit facile. J’avais aussi reçu un rêve qui comparait l’interprétation à un art du cirque : pour dire combien il y a besoin de formation et d’entrainement journalier. Il parait qu’il faut 10 000 heures d’entrainement pour se sentir pro dans une matière : et bien, avec les rêves, c’est ça !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :
"Astuces pour noter vos rêves et vous en souvenir". Livret gratuit à télécharger.
Vos informations ne seront jamais partagées à des tiers.