Rêve interprété : le fromage bleu

Publié le 3 juillet 2014 dans Articles, Rêves interprétés | 0 commentaire

image fromage bleu gex  Voici l’interprétation du rêve :

« cracher dans le fromage bleu » 

La rêveuse, Claire avait demandé la veille de son rêve, pourquoi il y avait eu rupture avec Mme Cornalie,  une personne qui lui était proche sans être intime, et que faire. Elle avait deux questions : pourquoi et que faire ?

Le rêve lui répond : cracher.  A quelle question le rêve répond-il ? Répondrait-il aux deux ? 

A la question pourquoi, on peut penser que Claire a craché dans le fromage bleu, ce qui a provoqué la rupture. Et si le rêve répond à la question « que faire », cela veut dire que Claire doit cracher dans ce même fromage bleu.

Pour résoudre l’énigme, il faut donc se poser la question de savoir ce qu’est un fromage bleu, et comme le rêve s’adresse à Claire et à elle seule, c’est donc à Claire qu’il faut demander ce qu’est un fromage bleu pour comprendre ce que cette image veut dire pour elle.

Il suffit de lui demander :

« Peux-tu me dire, Claire, ce que c’est pour toi que le fromage bleu ? »

– Bou ! c’est un fromage que je déteste !

– Peux-tu me dire pourquoi tu le détestes et comment c’est, un fromage bleu.

– Dans ma famille, ils adorent le fromage bleu, il y en a à tous les repas, mais moi je déteste ça. Encore le blanc à l’extérieur est attirant, il semble crémeux et doux au goût, mais le bleu, beurk, le bleu c’est de la moisissure, plus on s’avance à l’intérieur du fromage et plus c’est bleu et amer. Je ne comprends pas qu’ils aiment ça.

– Bien, alors récapitulons : le fromage bleu est un aliment que tu détestes, il est attirant et doux à l’extérieur, mais moisi et amer à l’intérieur. C’est bien ça ?

– Oui.

– A quoi te fais penser en relation avec ta question de comprendre ce qui s’est passé avec cette personne, un moyen que tu détestes, attirant et doux à l’extérieur, mais moisi et amer à l’intérieur ?

–  Ah, ce sont les non-dits de la politesse !

–  Vérifions : les non-dits de la politesse, est-ce ta famille adore ça ?

–  Oh oui, et c’est pénible les gens cherchent toujours à plaire.

–  Donc, tu détestes être dans le non-dit par politesse. Est-ce qu’à l’extérieur, c’est blanc, crémeux et doux au goût ?

–  Oui, d’un point de vue extérieur, quand pour faire plaisir, on ne dit pas ce que l’on pense, on parait blanc comme neige, doux comme un agneau et une vraie crème. Les non-dits sont blancs, neutres : ils ne sont en effet pas colorés par les émotions telles que le rouge de la colère, le jaune de la jalousie, ou le vert de la rage, ni même le rose de la tendresse.

–  Alors qu’à l’intérieur, c’est bleu marine, le bleu beurk, moisi et amer ?

– Oui, à l’intérieur, c’est le bleu marine des émotions qui marinent, qui donnent le blues, le bleu à l’âme, ça rend triste, ça fait flipper de ne pas dire ce que l’on pense, ça rend amer : l’amertume finit par envahir tout l’espace intérieur, créant de la rancœur, parce qu’on s’en veut de ne rien dire. C’est moisi : c’est l’humidité qui fait moisir : l’humidité des larmes que l’on retient, des émotions qui perturbent, et qui ne sont pas évacuées et ça, ça rend amer, une amertume qui envahit tout l’espace intérieur, et je déteste cette sensation.

image non-dit 2

– Et avec cette personne, que t’évoque le fait d’être dans le non-dit ?

– Comme c’est une personne qui m’impressionne, avec laquelle je ne me sens pas très à l’aise, j’ai tendance à garder mes réflexions pour moi, ne rien dire, prendre sur moi de peur de blesser, et c’est vrai que ça me gonfle, et là, oui, j’ai craché dessus : j’ai soudain dit des choses qui dépassaient ma pensée, et je l’ai choquée. Oui, cracher est impoli, c’est vulgaire. Ce n’est pas digne d’une jeune fille bien élevée, c’est un manque d’éducation.

– Oui, et le rêve va même plus loin puisqu’il ne dit pas « sur », mais « dans » : il y a les deux sens du verbe cracher : il y a effectivement le sens de se révolter contre quelque chose, dédaigner, expectorer ce qui gêne mais aussi au sens premier : cracher, c’est mettre de la salive, c’est-à-dire parler. Donc parler en faisant fi de la politesse, et il y a effectivement un mouvement de révolte là-dedans, ce qui n’a pas dû échapper à cette personne, si bien qu’elle a eu un mouvement de recul par rapport à ce que tu lui as dit.

–  Oui, c’est ça, elle n’a pas accepté.

–  Mais tu as posé une autre question : tu as aussi demandé ce que tu devais faire maintenant. Et bien le rêve te donne la réponse : c’est aussi : « Cracher dans le fromage bleu », mais cette fois écrit à l’infinitif : cracher. On peut dire que tu as craché dans le fromage bleu et que maintenant, tu dois cracher dans le fromage bleu c’est-à-dire mettre ta salive dans les non-dits, c’est-à-dire parler, dire ce que tu penses : à bas les non-dits ! Comme ça tu ne choqueras plus les gens qui auront l’habitude de ton franc-parler au lieu de te sentir en fin de compte hypocrite et de choquer quand tu te mets soudain à parler.

image femme au micro

Claire est surprise par la profondeur d’une simple phrase prononcée au réveil.  Et rassurée de comprendre qu’elle est suivie de l’intérieur et aimée, et surtout que les rêves l’encouragent à s’exprimer. L’avenir dira en plus que les rêves avaient raison, car depuis qu’elle a commencé à s’autoriser à dire ce qu’elle pense, elle s’est réconciliée avec Mme C !

De l’interprétation de ce rêve très court, nous pouvons tirer de nombreuses conclusions :-

 Toute phrase entendue en rêve, au réveil, est un rêve dont il faut se souvenir et trouver le sens.

–  Il est important de noter le rêve tel qu’on l’a reçu.

–  Il n’y a pas de petit rêve : tous les rêves sont importants par leur sens.

–  Il n’y a pas de petits rêves : une simple image, un mot, un chiffre sont des rêves.

– Le rêve répond aux questions de la rêveuse : il répond dans une économie de moyens : une seule réponse pour deux questions sur le même sujet : il répond au pourquoi et au comment ensemble. Dans le cas de ce rêve, la réponse est très courte parce que l’oral n’a pas d’orthographe (craché et cracher).

– Il y a dans le rêve le problème et sa solution.

– Un rêve répond toujours aux questions, même si on a l’impression que non. Noter ce dont on se souvient avec la plus grande exactitude.

– Ce rêve répond à une situation précise, mais il va servir à la rêveuse pour sa vie en général : si elle applique ce que lui dit le rêve, sa vie en sera transformée.

– Le rêve sert de mode d’emploi, de GPS pour nos vies.

–  Les rêves sont directs, ils vont droit au but.  

–  Le rêve est en relation avec une situation précise, souvent de la veille, ce qui permet de mieux comprendre ce dont il s’agit. La situation vécue sert d’exemple au rêveur qui peut intégrer les leçons du rêve.

–  Les rêves parlent par métaphore : c’est pourquoi ils ne doivent pas être pris au premier degrés, mais ont besoin d’être interprétés.

–  Le rêve est là pour nous aider.

–  Importance du dialogue avec le rêveur pour comprendre le rêve sans contresens.

–  Importance de décrypter les images qui sont personnelles au rêveur et ne se trouvent dans aucun dictionnaire.

–  Importance, pour voir apparaître un changement dans sa vie et un mieux- être, de mettre les conseils de son rêve en application.

– Les rêves nous connaissent bien, de façon intime : l’image du fromage bleu n’aurait pas convenu pour un adepte inconditionnel du bleu de Bresse.

– Le rêve a de l’humour.

– Les rêves sont une thérapie en eux-mêmes.

–  Les rêves font travailler les deux cerveaux en même temps : le cerveau gauche rationnel quand l’interprète pose des questions logiques au rêveur, et le cerveau droit pour l’intuition de la réponse et pour la compréhension finale du rêve.

Ces conclusions feront l’objet des prochains articles.

Incoming search terms:

  • le fromage fait quelle reve

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :
"Astuces pour noter vos rêves et vous en souvenir". Livret gratuit à télécharger.
Vos informations ne seront jamais partagées à des tiers.