Rêver est-il culturel ? (1)

Publié le 29 juin 2015 dans Articles, Généralités sur le rêve | 2 Commentaires

Selon les époques et les cultures, la prise en considération du rêve varie, ce qui est surprenant, puisque le rêve est une expérience individuelle et universelle. Comme si, même dans cette expérience extrêmement intime, le droit de regard des autres intervenait pour la réguler et donner son avis.

Se souvenir de ses rêves serait-il culturel ?

Tout comme il y a des sujets tabous, il y a des sujets qui fâchent : selon le lieu où on se trouve, les personnes chez qui on est invitées, il y a des sujets qu’il est de bon ton de ne pas aborder : exemple : parler de politique, d’argent ou de maladie lors d’un premier rendez-vous amoureux, parce que ce qui compte, c’est se montrer positif et sous son meilleur jour. Ne parlons pas de malheur !

Alors, les rêves ?

On peut constater qu’en Occident, surtout en France, raconter ses rêves au petit déjeuner n’est pas une tradition et en parler en dehors de la maison encore moins. Ce dont on ne parle pas est tu, tué, nié, n’existe pas, est mort. C’est l’omerta. Si bien que même celui qui rêve dit parfois qu’il ne s’en souvient pas.

Posez la question autour de vous : demandez à votre voisin s’il se souvient de ses rêves : vous risquez d’être surpris. Ils sont de plus en plus nombreux à ne pas se souvenir, ou ne pas trouver ça intéressant, et quand un sujet n’est pas considéré comme pertinent, il disparaît.

Qu’est-ce donc ce qui gêne dans le rêve pour qu’on préfère le passer sous silence  ?

Pourquoi dans la société occidentale en général ne se souvient-on pas de ses rêves ?

                                                 What was the question
                        Oui, c’est à vous que je pose ces questions.

2 Commentaires

  1. quand j’étais jeune on me disait que si on ne rêvait pas on était fou/folle, alors on disait :  » je ne me souviens plus de mon rêve… « ha ha ha

    • Ah bon ! Et où disait-on cela ? En Espagne ? Je n’ai pas connu cela. Sûr que ça donne envie de répondre par une boutade. Pourtant y’a un fond de vérité là-dedans : en effet, les rêves aident à aller mieux, alors ne pas en avoir pourrait vouloir dire qu’on ne va pas bien, mais bon, ce n’est pas aussi tranché que ça. Merci d’avoir répondu !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :
"Astuces pour noter vos rêves et vous en souvenir". Livret gratuit à télécharger.
Vos informations ne seront jamais partagées à des tiers.