Rêves et confiance en soi

Publié le 15 novembre 2014 dans Articles, Généralités sur le rêve | 2 Commentaires

Voici un article qui participe à l’évènement interblogueur sur la confiance en soi Confiance en soi

Confiance en soi = se sentir à l’aise dans son corps

Quand on se sent à l’aise dans son corps, on se sent libre d’évoluer et d’expérimenter.

Quand on ne se sent pas à l’aise dans son corps =  on ne se sent pas bien, on se sent gêné, on éprouve de la gêne. Cette gêne occupe un coin de notre pensée et même toute notre pensée : une mouche devient aussi terrifiante qu’une araignée géante, et empêche d’être centré sur ce que l’on est en train de faire. On doute alors de nos capacités.

La confiance en soi, c’est se sentir à l’aise dans son corps, c’est oser agir en faisant confiance, avec l’intime conviction que rien de fâcheux ne peut nous arriver. C’est se sentir un enfant de la vie.

Avoir confiance en soi, c’est ne pas penser à soi !

Avoir confiance en soi, ce n’est pas compter seulement sur ses propres forces. Car ces forces-là sont parfois fragiles, surtout si l’on se sent seul au monde. Avoir confiance en soi, c’est ne pas penser à soi : à soi, au petit soi riquiqui qui restreint le champ de conscience et donne la sensation d’être seul au monde, sans personne pour venir à notre secours en cas de panne.

Avoir confiance en soi, c’est être centré sur ce que l’on est en train de faire.

Pour cela, il faut que le corps qui nous soutient soit à l’aise : cela, c’est l’expérience et l’habitude qui le donnent :

Exercices pratiques :

Tranquillement installé chez vous, faites prendre à votre corps des positions différentes : expérimentez dans quelle position se met votre corps lorsque vous êtes tour à tour :

–   triste, angoissé, peureux, pas sûr de vous, soumis : observez votre posture : quels muscles sont tendus, relâchés ?

–   à l’aise, rayonnant, sûr de vous, dominant : et là, vos muscles, votre posture, comment sont-ils ?

Puis faites le contraire :

mettez-vous dans la posture que vous avez adoptée spontanément en étant triste, dépressif, timide… puis dans celle où vous étiez joyeux, en pleine forme, sûr de vous….

Observez comme le simple fait d’adopter une position physique vous met dans les conditions morales, psychologiques correspondantes, et exercez-vous à remarquer quelles sont les positions que vous adoptez spontanément au cours de la journée. Tirez-en des conclusions.

Par exemple : comment vous sentez-vous devant votre ordinateur ? Votre dos est-il droit ou êtes-vous obligé de vos pencher un peu en avant au risque de courber le dos pour voir ce que vous écrivez, si vous écrivez sur un portable par exemple.  C’est en ce sens que les ordinateurs portables sont mauvais sur le long terme, ils vous forcent à courber l’échine !

Pour que la confiance en vous s’intègre au quotidien dans votre vie, dans votre être, les rêves peuvent vous aider à faire ce travail.

Les rêves et la confiance en soi

En effet, le cheminement accompli grâce au travail avec l’interprétation de rêves donne la confiance en Soi, dans le  Soi, c’est à dire confiance dans le sentiment d’unité qui se forme à l’intérieur de soi au cours du travail avec les rêves. Car les rêves nous apprennent à prendre confiance en notre ressenti, en notre corps et ses sensations, ce qui  nous fait automatiquement trouver la bonne posture, celle dans laquelle on se sent bien, à l’aise, prêt à affronter les épreuves que peuvent représenter le fait de parler en public, passer un examen, ou simplement se sentir à l’aise dans son corps en toute occasion….  Quand on se sent à l’aise dans son corps, on prend le temps de se poser, de se centrer, de se concentrer, de faire ce qu’il y a à faire naturellement. On va avoir la présence d’esprit de réagir avec humour par exemple, de reconnaître simplement que zut, là, on s’est trompé, mais ce n’est pas grave, on continue, et cela passe. On est connecté au hara, à l’instinct, aux tripes.

L’importance de l’instinct

L’instinct ne passe pas par le mental, l’instinct est différent de l’impulsion, qui elle peut nous faire faire n’importe quoi. L’instinct sait ce qu’il y a à faire sans qu’on ait besoin de lui expliquer : on le sait d’instinct !

Il s’agit de la confiance au principe qui nous anime, qui anime notre âme en relation avec le divin : on devrait plutôt dire confiance en Lui, car soi tout seul, on n’est pas grand chose.

La confiance en Soi dépasse la confiance en soi qui peut facilement être ébranlée par n’importe quoi ou plutôt n’importe qui, à cause des jugements posés sur soi, qu’il s’agisse de critiques de personnes extérieures à soi ou du critique intérieur qui se réveille.

Bien sûr, si l’on doit parler devant un public pour faire une conférence, il vaut mieux avoir bien préparé son sujet, l’avoir assimilé,  mais ensuite, contre le trac, il s’agit de revenir au ressenti du corps. Il peut être survolté à l’intérieur, nous mettre en ébullition, en sueur froide, en palpitations, en tremblement : à ce moment là, cherchez en vous des zones tranquilles, il y en a : ce peut-être le côté d’un mollet, un coude, le dessous des pieds. Et respirez en vous concentrant sur cette zone tranquille. Puis imaginez que cette tranquillité gagne du terrain et vient calmer les parties de votre corps en train de trop s’agiter.

La confiance en Soi est la capacité de faire confiance à l’inconnu en prenant comme repère le ressenti intérieur qui nous guide sûrement là où nous devons aller. Ce même ressenti peut très bien nous faire refuser une proposition pour laquelle nous ne nous sentons pas prêt. Ou au contraire accepter la même proposition dans un élan de foi qui nous dit que nous serons soutenu dans ladite épreuve ou ce qui nous parait comme tel.

Je me souviens que je devais donner une petite conférence, c’était la première fois et je commençais à être saisie par le trac, je me demandais un peu comment cela allait se passer, lorsqu’une personne dans l’assemblée qui d’ordinaire ne m’est pas sympathique s’est mise à me parler, je lui ai répondu sans à priori, et curieusement cela m’a détendue, et je me suis sentie parfaitement à l’aise pour commencer.

En effet, la vie qui nous soutient fait apparaître dans le monde extérieur les aides dont nous avons besoin. Et il s’agit d’être attentif pour les reconnaître, autrement, on peut très bien passer à côté et se ramasser. Là, dans mon exemple, si j’étais restée sur mon à priori négatif sur cette personne, je n’aurais pas eu envie de lui répondre et serais restée fixée sur mon trac. Mais intérieurement, j’ai senti qu’il était juste de lui répondre et cela a suffit à me décentrer de mon trac. Je me suis basée sur mon ressenti du moment présent et pas sur mes pensées.

Voici les liens avec les articles des autres blogueurs sur cette thématique de la confiance en soi lancée par Magali du blog « Sortir de la boulimie ».

Incoming search terms:

  • faire confiance a ses reves
  • Reve De Confiance

2 Commentaires

  1. Finalement celui qui arrete d’avoir des penses negatives vers l’autre est recompensé !!! 😉
    C’est idiot de le dire mais le monde serait tellement meilleur, n’est pas?

    • C’est une question de mental : on ne peut empêcher le mental de juger, comparer, critiquer, car son fonctionnement est la logique cerveau gauche. Mais quand on l’abandonne pour adhérer à l’instant présent, on n’est plus dans le même fonctionnement, la vie prend une autre couleur.

Trackbacks/Pingbacks

  1. Impuissance masculine: quelle arnaque ("Bande de dégonflés") - […] Aline Magnin du bog Vos rêves interprétés > Rêves et confiance en soi […]
  2. AUTO HYPNOSE : CONFIANCE EN SOI pour vaincre la BOULIMIE - […] Aline Magnin du bog Vos rêves interprétés > Rêves et confiance en soi […]
  3. Impuissance masculine: quelle arnaque ("Bande de dégonflés") | S'il suffisait d'aimer - […] Aline Magnin du bog Vos rêves interprétés > Rêves et confiance en soi […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :
"Astuces pour noter vos rêves et vous en souvenir". Livret gratuit à télécharger.
Vos informations ne seront jamais partagées à des tiers.