Un drôle de réveil : le rêve d’Hector

Publié le 22 janvier 2018 dans Articles, Conseils pratiques rêves, Conseils pratiques sommeil | 2 Commentaires

Aujourd’hui, je vais vous raconter une histoire, que vous pourrez raconter à vos enfants ou petits-enfants.
Je l’ai écris il y a des années, en souvenir du fatidique réveil à 7h pétante pour aller à l’école ! Bien sûr, elle est en relation avec les rêves.

maman2tilou

Me faire réveiller par la sonnerie du réveil, et à l’époque, ils ne diffusaient pas de musique douce, m’était insupportable. Cela me coupait de mes rêves. A l’époque j’ignorais que je pouvais demander à mes rêves de me réveiller.

Le rêve, quel réveil !

Comme je l’ai dit dans un autre article, le rêve réveille !

Mais j’ai oublié de dire qu’il peut aussi vous réveiller concrètement le matin pour aller bosser !
Si vous ne me croyez pas, essayez. Il vous suffit de parler à vos rêves, à votre inconscient et de leur demander de vous réveiller à l’heure que vous voulez. Vous verrez qu’à force de vous exercer, il vous sera donné de vous réveiller juste avant la fameuse sonnerie.

Je dis à force de vous exercer, car cela ne vous arrivera peut-être pas la première fois : il y faut parfois de la persévérance, mais une fois que vous aurez réussi, vous verrez que vous serez capable de le refaire. Enfin, vous et votre inconscient, vous et vos rêves.

C’est en effet l’occasion pour vous d’établir un contact, un dialogue avec cette autre part de vous, de constater que quand vous demander, il vous est donné, que vous n’êtes pas impuissant face à la « fatalité »Et vous aurez la chance et la joie de recevoir un rêve que vous aurez le temps de noter juste avant de vous lever. En plus, vous vous sentirez vraiment réveillé, plein d’énergie, et pas comme on dit : « encore dans le coltard ».

Et les jours où vous voulez davantage dormir, vous pouvez aussi le demander.

Essayez, vous m’en direz des nouvelles.

En attendant, voici l’histoire du rêve d’Hector.

Le rêve d’Hector

Dieu rêve, envoyant ses songes sur la terre.

Hector aussi rêve. Il rejoint cette part divine de lui-même qui l’emmène dans un monde éclatant de couleurs dont il ramène des souvenirs éblouis et inoubliables. Parfois, ce sont juste des taches colorées, quelquefois des mots ou des murmures, des ruisseaux, des rivières, des chevaux qui tirent une voiture, un immense pont qui devient une maison. 

Comme il aime ce monde là. 
Même si parfois  il y a des bêtes, ou une sorcière ou un grand puits dont il ne peut sortir. Il sait que parfois  les rêves sont durs, mais il sait aussi que les rêves lui donnent de la vigueur, de l’énergie. 

Le gros réveil 

Mamie lui a offert pour Noël un gros réveil avec un coq qui cocoricote à 7h pile. 
Youpi ! Il est tout content de l’essayer.

Mais juste au moment où il va délivrer la belle fille brune prisonnière d’un bandit, dring, une sonnerie stridente lui vrille les oreilles. Effrayé, il s’assoit en sursaut sur son lit, tout en sueur. 
Apercevant le réveil, furieux, il le jette par terre. Le coq pousse un petit cot cot, même pas comme une poule.

Mais il n’a pas le coeur à rire, il est triste et angoissé toute la journée. 
Et ne retrouve pas la princesse le soir, si bien qu’il broie du noir. 

Il dit que le réveil au coq est un démon pour ses rêves, il n’en veut plus, mais ses parents, qui depuis longtemps ne se souviennent plus de leurs rêves, disent que tout ça, c’est des histoires. 

La voix de la raison

« Tu ne va pas nous faire toute une histoire de jour pour des histoires de nuit à dormir debout. Il faut te réveiller pour aller à l’école, et être à l’heure. Papa se lève bien trop tôt, et maman est fatiguée : ta petite soeur vient de naître et la réveille déjà toute la nuit. Elle s’endort au moment où tu dois te réveiller. Alors je t’en prie, sers-toi de ton réveil au coq pour quelques jours encore ».

Hector est triste. Bien sûr, ses parents ont raison, et le considèrent comme un grand, ce qui lui fait plaisir, mais il ne veut pas abandonner ce monde si vivant et si merveilleux. 
C’est la mort dans l’âme qu’il se couche et pleure en suppliant ses rêves de faire quelque chose. 

Il rêve qu’il est appelé à faire partie d’une grande assemblée où il est félicité. Il se sent heureux.

Et bientôt, dans son rêve, il voit une grande horloge qui marque 7h, et se réveille brusquement, juste à temps pour tordre le cou du coq qui allait se mettre à chanter. 

amazon.fr

J’espère que cette histoire vous a plu. Si vous la racontez aux enfants, ils seront heureux de sentir leurs rêves accueillis, se sentiront encouragés à rêver et auront envie de vous les raconter au petit déjeuner. Faites en une fête.

2 Commentaires

  1. Bon Jour Aline

    J’aime beaucoup cette histoire du rêve d’Hector à laquelle sous bien des aspects on peut s’identifier. La chute est magnifique !où  » c’est la mort dans l’âme qu’il supplie ses rêves de faire quelque chose pour l’aider et ou il est appelé à faire partie de cette assemblée où il est félicité, heureux

    car être coupé de ses rêves, c’est se couper d’une partie de soi, des expériences que fait notre âme dans ces autres dimensions

    Je confirme que de demander à son rêve, son subconscient de nous réveiller , ça marche plutôt bien. de lui demander de nous éclairer aussi

    • Merci Marina. Oui, tu as aussi écrit un bel article sur les rêves sur ton blog. C’est important d’en parler.
      Comme tu le dis si bien, être coupé de ses rêves, c’est se couper d’une partie de soi.
      Et oui, demander à nos rêves de nous réveiller, ça marche. C’est toujours ainsi que je me réveille le matin.

Trackbacks/Pingbacks

  1. Conte de la harpe de la fée des rêves - Faites interpréter vos rêves ! - […] Si vous aimez les histoires, vous  pouvez aussi lire Le rêve d’Hector […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :
"Astuces pour noter vos rêves et vous en souvenir". Livret gratuit à télécharger.
Vos informations ne seront jamais partagées à des tiers.